Etat de manque.

Comme une drogue, une addiction… J’appréhende de me coucher, seule, même si ma fille est là.
Seule, il fait froid, malgré l’épaisseur de la couette. Je n’ai pas tes bras pour me protéger de mes peurs de gamine.
Seule, je ressens un manque de toi, de ta présence, de ton sourire, de tes paroles.
Seule, sans ton regard, ton approbation, ton soutien physique.
Seule, faible. Mais forte. Tu es là, partout, en moi, dans ma tête, dans mon coeur, dans mon âme.
Je lève la tête et déjà nous serons Samedi et tu seras là, INCH’ALLAH.
Tu seras là, près de moi, comme ma dose de drogue. Je suis en état de manque et d’attente.
Je t’aime. A très bientôr, mon amour

Publicités

Un commentaire

  1. Ango · septembre 21, 2011

    Il devait pas rentrer plus tôt?

Laissez votre trace...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s