Illusion

Petit être, quelle magie, dans ta vie in utero, SOBHAN ALLAH, ta création… Comment ne pas croire??
Ta protection dans cette matrice maternelle, cet attachement que tu lies à ta mère, que tu ne connais que de l’intérieur. Tu es son intimité. Tu connais ses bruits les plus mystérieux, tu es dans elle. Et elle…
L’amour d’une mère pour son bébé est intense et si fort, alors pourquoi le monde d’aujourd’hui ne se fait pas confiance.
L’amour d’une mère pour son petit, celui qu’elle porte, celui qui grandit à l’intérieur d’elle, dans la plus profonde intimité… Alors pourquoi si peu de confiance en elle?

Alors pourquoi ne pas reconnaître les signaux qui annoncent sa venue? Pourquoi se précipiter, se remettre dans les mains de ceux qui savent… Mais Celui qui sait t’a déjà entre ses mains, alors pourquoi se précipiter?

Pourquoi vouloir à tout prix changer le cours des choses, alors que tout est programmé pour fonctionner?

Ne plus s’écouter, ne plus sentir, ne plus vivre, mais juste survivre…

Partir à la première contraction, se faire poser une perfusion, tout est synthétique. Tes douleurs sont ingérables, parce qu’on t’a donné de l’ocytocine de synthèse, tu croules sous la douleur, et supplies pour la péri. Péri qui te fait croire que tu peux respirer quelques instants… Si seulement…
Leurre, leurre, leurre… je crie au mensonge, à l’illusion… On donne le change, et des grilles de mots croisés…

Déconnectée d’avec son petit être, ailleurs, et il souffre et il s’épuise. Le chemin est long dans le labyrinthe maternel. Mais elle ne souffre plus, elle ne veut plus, elle ne peut plus… ils lui ont fait croire qu’elle n’en serait jamais capable, et que sans eux, elle serait morte de douleur, ou épuisée et ne pourrait pas pousser…

Alors, je ne cesse de m’interroger…

Pourquoi toutes mes amies qui ont accouché sous péri, sont persuadées qu’elles n’y seraient pas arrivées? Savent-elles seulement que si on ne leur avait pas injecté de l’ocytocine, leur travail aurait sûrement été moins douloureux? La péri n’aurait peut être pas été réclamée? Et le travail ne se serait certainement pas éternisé?

Pourquoi ces masques et ces sourires qu’on veut aux femmes qui accouchent??

Pourquoi mes accouchements à moi, étaient certes violents mais brefs? Question de femmes? Question de naissance? Mais pas seulement…

Convaincue que je suis, je suis certaine de ne pas me leurrer en disant que d’avoir pû danser ma douleur, mes bébés sont venus plus facilement au monde…

Pourquoi plus de 80% des naissances sont sans risque… et tellement se passent à l’hôpital et se finissent plus ou moins mal?

Pourquoi ces tabous? Pourquoi cette infantilisation?

Quand tout cela va changer??????????

Combien de 10Lunes nous faudra-t’il? Combien de Carole ou de Joëlle??

Qui va faire le pas d’ouvrir les yeux sur cette triste réalité?

La naissance de l’être humain, le prépare à sa vie de demain… Ne le forçons pas à venir au monde et dansons son arrivée.

Janvier 2009, naissance d'Elyess.

Janvier 2011, naissance de Meryem.

Publicités

16 commentaires

  1. GDMT · février 6, 2012

    Je suis heureuse… d’avoir accouché 3 sur 4 de mes enfants sans péri… et le seul regret… c’Est de ne pas avoir eu la force d’accoucher de ma 1(avec ocytocine de synthèse) sans péri… par peur de l’inconnu…par peur du degré de douleur à laquelle j’allais faire face…

    J’ai eu 2 accouchement sur 4 avec une forte intensité de douleur… mais je le referais au naturel encore une fois… parce que je SAIS que je peux le faire et que c’est le MIEUX pour mon bébé…

    A mon dernier accouchement… ils comprenaient pas pkoi je voulais pas de péri puisque j’étais déclanché aussi… J’avais prévenu que j’allais faire sans encore une fois…Et à la toute fin, quand mes eau ont été percés… J’ai été frappé d’une violente douleur qui n’arrêtait pas… Puisque l’ocytocine avait été injecté 6 hrs auparavant et que RIEN ne se passait, ni même une douleur… la quantité injecté était rendu au maximum… Alors quand mes eaux ont percé comme il se doit… J’étais paralysé de douleur…

    mais je n’ai pas eu peur…

    Même si le médecin m’a dit que mon bébé passerait pas car il était postérieur et que j’avais de l’oedeme au col… je n’y croyais rien… Il m’avait même menacé d’une césarienne si le travail avait pas avancé plus que ca di’ici 2 hrs…

    Le médecin a insisté pour que je recoive du démédrol… médication qui doit etre pris avant 8cm de dilatation car apres ce stade là, bébé risque d’avoir des troubles respiratoires sévères a la naissance…

    J’ai dit NON haut et fort… Après quelques secondes de panique a cause de la situation.. j’ai repris le dessu sur moi et j’ai eu confiance à nouveau et j’ai écouter mon corps… Et peu de temps après, je SAVAIS que j’allais le mettre au monde par voie naturelle… J’avais même prédit une heure de sa naissance et j’y était a 4 mins près… En moins de 30 mins… je suis passé de 4-5 cm de dilatation à complète… passé d’un verdict de césarienne a pour finalement accoucher naturellement…

    Alors oui… il faut avoir confiance en SOI et en notre bébé… je savais que le mien passerait… pas sans douleur, mais j’avais confiance ne MOI.

    Et une chance que je me suis écouté… car mon bébé serait né avec des troubles respiratoire… puisque la dilatation s’est fait trop rapidement à la fin et le temps de m’injecter le médicament, il aurait été trop tard…

    C’est celui que je garde un meilleur souvenir… car comme il était postérieur et que son périmetre cranien était a son maximum… j’ai senti toute la progression de sa tête dans le passage contrairement aux autres… qui tombait en moi a dilatation complete…

    Et c’est tout simplement MAGIQUE… je le referais encore et encore…

    J’ai toujuors aimé te lire concernant les accouchement Salwa, car nos opinions se rejoignent… Je rêve de l’Accouchement à chaque fois et ca reste mes plus beaux souvenirs

  2. naturecolo · février 6, 2012

    je viens de passer par une opération dont les suites sont très douloureuses. j’ai été malade avec la morphine alors j’ai fini par gérer en méditant: ça marche aussi bien sinon mieux!
    je suis convaincue qu’il faudrait vraiment mieux nous informer afin que nous puissions faire notre choix toutes seules, comme des grandes!

  3. Billie · février 6, 2012

    Bah chacune fait bel et bien comme elle veut, non? à condition d’y réfléchir à l’avance. La preuve qu’on ne vous oblige pas, c’est que vous avez eu ce que vous vouliez. S’il a fallu se battre un peu, vous l’avez fait, parce que c’était important pour vous. Moi l’accouchement ça ne m’intéressait pas, je n’avais pas envie d’y réfléchir, j’ai fait comme tout le monde (une fois avec la péri, une fois sans parce que mon deuxième a failli naître dans le taxi). Et alors?

  4. Mahdiya · février 6, 2012

    Salam aleykoum oukhty

    je suis d’accord avec toi. Mais tout de même dans certains cas la péri peu être un vrai soulagement. mais a mon sens elle devrais être exceptionnelle et utilisé que quand vraiment c’est plus possible, que la maman n’arrive vraiment plus a reprendre le dessus.

    Je pense a mon accouchement qui a duré 48 heures, ou je n’arrivait plus a reprendre le dessus même après pluseurs heures, pendant 4 heures j’ai éssayé de reprendre le dessus sans y parvenir.
    alors oui j’ai eu une péridurale bien que je jurai que je n’en voulais pas au départ. j’ai eu un accouchement en occipitaux sacré et mon col est resté bloqué a 7_8 pendant une dizaine d’heures ! quand j’ai eu la peri ma fille a encore mis 6 heure a venir alors oui peut être en aurais elle mis la moitié moins sans péri allahu a3lem mais quand je vois qu’entre la dilatation complète et sa venue au monde il s’est écuolé encore 3 h dons facile 1 ou 2 de poussé !!!

    peut être y serais je arrivé sans si je n’avait pas eu le choix. mais bien que je demeure contre la péridurale et partage ton avis je ne regrette pas et pense qu’elle peut parfois être utile mais qu’elle ne devrait pas êtere quasi systématique.

    En tous cas je réenvisage de programmer un AAD pour le 2em incha’Allah après je verrais !!!

    merci pour cet article en tous cas qu’Allah te préserve amine

  5. Salwa · février 6, 2012

    @ Billie, je ne vois pas où j’ai écrit que tu te doives de te passer de la péridurale si pour toi, c’est inconcevable de « souffrir pour rien »(comme je l’ai entendu)…
    Relis mon texte…
    A aucun moment je ne remets en cause le choix (ou non-choix comme pour Mahdiya) des mamans, mais bien l’utopie dans laquelle nous berne le monde médical.
    Une fois de plus, je le répète… La péridurale est un ANESTHÉSIANT, qui à la base a été introduit pour des situations pathologiques et éviter de trop importants traumatismes (quand la péridurale a été amené à « accompagner » des accouchements), tu peux en lire le récit de Mahdiya ou d’autres encore…
    Non, la péri n’est pas à bannir définitivement du monde de l’enfantement…
    Ce que je ne conçois pas, chère Billie, c’est qu’on ne propose que la péridurale comme accompagnement dès l’arrivée à la maternité.
    Et que si tu la refuses, tu restes de toutes façons sans soutien solide…

    Avec des forces de contractions qui peuvent être très violentes puisque surstimulées…

    Après que pour la majorité des femmes, ce soit comme toi : une étape à passer sans plus de prises de tête, je peux le concevoir… Qu’on y aille les yeux fermés sans se poser aucune question sur ce que notre bébé subit, je trouve ça déplacé, et me questionne sur le lien créé entre la mère et son enfant…
    Après si l’attachement ne compte pas plus que ça, qu’est ce qu’une mère??

    Là encore, ce que j’écris n’engage que moi…

    Mais à la base, pour moi, je me disais : si je ne suis pas capable de supporter la douleur d’un accouchement, serai-je capable de supporter le quotidien avec un enfant??

    @Mahdiya, je parle là de péridurale voulue et ardement désirée, ou de celle qu’on disait « je verrai le jour J » (et le jour J majoritairement, on la prend)…
    Je ne parle pas de ton accouchement qui n’a pas été facile du tout, extrêmement long et dans des conditions très dures.
    48h de contractions, peu l’auraient dépassées sans avoir recours à une vraie solution qui là fut la péri!
    Donc, dans certains cas, elle est nécessaire et si je peux me permettre et ça ne regarde que moi, selon moi, pour toi, elle a été utilisé à bon escient… Quand je compare à d’autres femmes qui la prennent dès l’arrivée en maternité, et n’en sont pas à 2 h de travail 😉
    Elles se refusent à essayer, parce que les médecins ĺes découragent, et le non accompagnement n’aide pas des masses…

    Que Dieu t’accorde un accouchement plus simple, inch’Allah!!!

  6. amelie · février 7, 2012

    Je comprends pas le ton agressif de Billie pour dire simplement ‘moi je’… Limite, c’est pas un échange. Billie, en effet, chacun ses choix. Salwa ne te dit pas qu’elle est le gourou d’une secte et qu’il faut la suivre! Faut arrêter avec ça 2 minutes.
    Elle dit simplement que depuis la nuit des temps, les femmes accouchent, sont faites pour ça, et aujourd’hui, c’est complètement ‘instrumentalisé’. Mais bref, moi, je l’ai compris. Et pourtant, j’ai eu deux bébés sous péri!
    Il y a une formulation qui trouve écho chez moi: danser sa douleur.
    Oui, je me souviens, de ma mère, qui se dandine, les yeux fermés, un râle au bord des lèvres, une main sur les reins, et qui se tient au chambranle d’une porte au détour du couloir. Elle aurait voulu accoucher à la maison, mais pas possible pour x et y raison. Mais je l’ai vue, cette ‘danse’ et en y repensant, je me dis que ce médecin et ces sage femmes, qui m’ont fait peur avec peur, avec leur histoire de macrosome et mes 21 ans sur ma tête… Ils ont été salauds de ne pas me faire prendre conscience que je pouvais y arriver sans cette piqûre qui me fait encore souffrir, 10 ans plus tard.
    J’aurai voulu me retrouver dans ma mère, dans ces mères qui se disent que quoiqu’il arrive, il y a ce corps qui sait ce qui se passe et que des fois, merde, la nature, elle sait ce qu’elle fait.
    Je voudrai la connaître cette danse.
    Salwa, tu m’apprends à danser?

  7. Salwa · février 7, 2012

    @AMélie : pour le ton agressif, c’est souvent celui que prend les gens, quand ils ressentent au fond d’eux ce qu’ils ne veulent pas ressentir… A la limite, c’est humain, on attaque pour se défendre… On ne peut pas leur en vouloir 😉

    C’est toi qui m’a appris à m’écouter, alors, danser, sera la danse de ton coeur 🙂

  8. billie · février 7, 2012

    qu’est ce qui était agressif? « et alors? » OK, enlevons le « et alors », et la référence à ma propre expérience qui n’a, de fait, aucun intérêt.

    N’empêche, tout ce que je vous dis, c’est que chacune peut se prendre en main et faire ses choix, rien ne l’interdit, à condition d’y être prête. Donc ce n’est pas la peine de vous énerver sur les choix que les autres ne prennent pas le temps de faire. Ou pour reformuler: ne vous rendez pas malheureuse avec ça, tout le monde a le choix.

    Quant à ne pas s’intéresser à l’accouchement, je dois dire que je ne vois pas en quoi ça empêche de s’intéresser à l’enfant. Un processus biologique /une personne: ça me paraît assez différent…

  9. GDMT · février 7, 2012

    Je n’ai pas senti un ton agressif, mais plutot une femme qui veut défendre son point de vue. Comme si elle se sentait attaqué… Mais Salwa parle toujours de ce qu’elle ressent sans accuser ou juger les autres…

    C’est vrai qu’on est que trop peu informé

    Mais heureusement, ce n’est pas partout dans chaque maternité. J’ai eu la chance de discuter avec l’infirmiere afin de lui faire part de mes autres accouchement et du pourquoi je voulais sans péri… Elle ne m’A pas dissuadé elle.. C’est plus le médecin qu’il était surpris que j’aille pas de péri… Et me demande Mais vous avez pas mal??

    Si, j’avais mal, une fois qu’il avait percé mes eaux, l’ocytocine faisait VRAIMENT effet… mais je voulais cette douleur et voulais la gérer et savais que je pouvais le faire…

    Tout est une question de CHOIX personnel à mon avis… Ce qui arrive pour l’une d’entre nous arrivera pas forcément pour l’autre… et CHAQUE accouchement est différent aussi, ce qui fait la beauté de la chose. Sur 4 accouchement, j’en ai pas eu un qui se ressemblait… pas du tout… Mis a part que ma 1ère et mon dernier ont été provoqué.

    Le plus long travail a duré 29 hrs(sans péri), ma 1ère, provoqué 11hrs(avec péri) Ma 3ième 6hrs (sans péri)et mon dernier provoqué moins de 1h de contractions(sans péri).

    et ce sont des moments que je me souviendrai toujours certes.

  10. amelie · février 7, 2012

    billie, il y a une raison aussi à ce que dit Salwa… Pour avoir le choix, il faut être informée… Et en France, l’information, c’est pas ce qui est recherché. On m’a fait croire que le tritest, les touchers vaginaux, le monitoring, la péri, l’ocytocine, étaient nécessaires, voire obligatoires… Il m’a fallu du temps pour comprendre que non, ce n’est ni obligatoire, ni forcément nécessaire. Quand une femme fait ce choix en toute connaissance de cause, alors c’est super! MAis quand on ne lui propose rien d’alternatif, quand on ne lui dit pas qu’il y a la possibilité de faire autrement… Où vois tu le choix?…
    Je ne voulais pas être agressive non plus, rassure toi en tous les cas ^^
    Moi aussi, si je peux montrer qu’il y a une autre voie que le sacro saint médecin qui sait tout ce qui se passe dans le vagin de la femme enceinte, alors je la montre… Mais combien de femmes préfèrent fermer les yeux et n’écouter que le médecin? Comme on n’en parle pas, de ses solutions alternatives, elles font peur, elles font extrémistes, elles font marginales…
    Quand je parle de mes choix, surtout dans le milieu médical dans lequel le cercle de nos amis évolue (beaucoup de médecins généralistes) on me regarde souvent sur le côté, un peu comme une bête curieuse, une fofolle un peu bobo. Et pourtant, je suis bien loin de ça… Je me suis juste dis un jour qu’il devait y avoir autre chose…
    Montrer le chemin et se demander ce qui bloque les autres de ne pas essayer un bout de route ne veut pas dire les emmener de force dans une direction qu’ils ne veulent pas 😉
    Bonne soirée 😉

  11. Salwa · février 8, 2012

    qu’est ce qui était agressif? “et alors?” OK, enlevons le “et alors”, et la référence à ma propre expérience qui n’a, de fait, aucun intérêt.

    N’empêche, tout ce que je vous dis, c’est que chacune peut se prendre en main et faire ses choix, rien ne l’interdit, à condition d’y être prête. Donc ce n’est pas la peine de vous énerver sur les choix que les autres ne prennent pas le temps de faire. Ou pour reformuler: ne vous rendez pas malheureuse avec ça, tout le monde a le choix.

    Quant à ne pas s’intéresser à l’accouchement, je dois dire que je ne vois pas en quoi ça empêche de s’intéresser à l’enfant. Un processus biologique /une personne: ça me paraît assez différent…

    Pour moi, s’intéresser à la venue au monde de cette personne, justement, c’est s’intéresser à elle.
    Car la venue au monde n’est pas douloureuse seulement pour la mère, mais c’est un évènement qui se vit à deux, intrinsèquement.
    Pour moi, PERSONNELLEMENT, je suis dans l’optique de « guider mes enfants avec amour », et cela implique que leurs sentiments, leurs ressentiments, leurs douleurs, leurs joies, me transperce de pleins fouets. Je me sens entièrement liée à eux… Et pour moi, si j’avais eu à prendre la péri, je l’aurai vécu comme un abandon d’eux quelque part dans les méandres de la douleur.
    Voilà pourquoi je m’interroge sur le lien mère/bébé après une naissance sous péridurale.

    Je ne suis pas du tout en train de dire que TOUTES les mères qui ont accouché par leur souhait (ou plutôt, par non choix…) sous péridurale sont incapable d’aimer, d’écouter et de respecter leur bébé… Loin de là!

    Je parlais juste de ce lien qui, pour certaines mères, semblent difficile à nouer, justement… Parce que ça existe… Pas pour toutes, nous sommes d’accord… Je me demande si l’anesthésie n’a pas eu plus d’effet que ce qu’on attendait…

    Mais pour finir, je ne suis pas partisane de « souffre ou fais-toi piquer », je sais que la SOUFFRANCE d’un enfantement peut se conjuguer si on s’en fait une alliée… donc, pour moi, il est normal que j’accompagne mon enfant depuis son chemin à l’intérieur de moi, que je sois présente pour lui, et un pilier qui garde la tête dans sa bulle, que je l’accompagne jusqu’à ce qu’il vole de ses propres ailes…

    Bonne nuit!

  12. naturecolo · février 8, 2012

    je répondrais juste à « on a toutes le choix »
    ben non justement
    on aurait toutes le choix si on nous proposait toutes les solutions avec explications correctes pour chacune d’elles et soutien adapté quel que soit le choix
    or ce n’est pas le cas
    c’est comme pour l’allaitement

    donc non, on n’a pas toutes le choix
    on a le choix qu’on nous propose

    parce que sinon j’aurais pas eu de césarienne sur un bb qui bien qu’en siège, était prématuré… (donc minuscule)

  13. Mahdiya · février 9, 2012

    salam aleykoum !

    je sais bien salwa dans quel sens tu l’a dis, c’est juste que j’aurais tellement aimé !
    j’en est les larmes aux yeux quand j’y pense !
    même si je ne regrette pas mais j’aimerais tellement pouvoir faire sans la prochaine fois, que je reste dans cet état dans lequel j’était les 40 premières heures a peu prêt : accepter la souffrance et en faire une force, j’était sereine, comme relié, je pensais a allah subhanu wa ta3ala je sentait ma fille. j’avait mal mais je me sentait maître de mon corps malgré cette force qui me submergeait …. puis j’ai perdu pieds !

    Allah sais ce que nous ignorons puisse t’Il m’accorder un accouchement naturel pour mon prochain enfant incha’Allah.

    Folle que je suis j’ai hâte d’accoucher de nouveaux alors que je ne suis pas encore enceinte loooool !

    qu’Allah te préserve ma douce.

  14. azhar · février 12, 2012

    salam a toutes je participe peut etre a la discution un peu tard mais je tensais juste a dire qu’effectivement on donne o femmes un » semblant » de choix quant au deroulement de laccouchement ,ici en hollande on accouche ou a l’ hopital ou a la maison et quasiment jamais avec peri , on peut la demander mais on ne nous la propose pas ! je pense qu’en france ca devrait se faire dans ce sens . et puis on ne va a lhopital pour celles qui veulent accoucher a lhopital , que quand les contractions sont rapprochees donc la plus grosse partie du travail se fait a la maison , et biensur c notre sage femme celle qui ns a suivie tous le long de la grossesse qui vient a la maison pour verifier le cole les contractions nous soutenir et ns dire si c le moment daller a losto !alors quant pensez vous ?

  15. azhar · février 12, 2012

    o fait mes accouchements ossi etaient tres long mais jai survecu allahouma laka lhamd! avec peri ou sans l’accompagnement joue un role primordial dans le controle de la douleur . bisous du pays du fromage .

  16. Salwa · février 13, 2012

    Salam Alaykom oukhti Azhar,

    Pour ce qui se passe aux Pays-Bas, je trouve ça super comme manière de faire, et je crois qu’en France, on devrait plus parler du suivi global avec une SF libérale, au lieu d’orienter directement les mamans vers des gynécos qui ne peuvent de toutes manières pas être présents lors de l’accouchement, et où le suivi est plus technique qu’humain…
    Mais pour ça, il faut revaloriser le boulot des SF…
    Tu peux lire ce blog : http://10lunes.canalblog.com/
    Celui d’une SF libérale qui explique comment c’est difficile de pratiquer et d’être reconnue ici, en France… Dans le milieu de la périnatalité, ça fait des années qu’on se bat pour des maisons de naissances, pour des assurances qui couvrent les SF qui pratiquent les accouchements à domicile, etc…

    Pour ce qui est des accouchements, oui, le soutien est primordial. Il y a eu des études de faites, et les chiffres parlent d’eux-mêmes…
    Accompagnée d’une doula, il y a 60% de demande de péri en moins!!!!!!!! Alors qu’en milieu hospitalier, classique, il y a un taux de péridurale qui attends SOIXANTE-DIX POURCENTS!!!!! Contre 15% aux Pays-Bas… Alors, oui, on a tout à y gagner de calquer notre modèle sur le modèle nordique!

    Après, pour la longueur des accouchements, tout est relatif… J’étais en travail pendant plus de 48h pour ma troisième, et il n’y a eu que les dernières minutes d’ingérables (40 minutes). Pour mon deuxième, j’ai été en travail intense pendant 2h30 et il est né après 2h30… Tout est relatif. Un accouchement n’est pas comparable à un autre…

Laissez votre trace...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s