La vie à crédit…

currency in a vending machine19 Novembre 1997. Vers midi. C’était un mercredi. Normalement, on n’a pas un cours, le mercredi. Mais là, il y avait une sortie avec le prof d’histoire et le prof d’arabe du collège, pour aller voir le film de Youssef Chahine, Le Destin, en V.O.

J’ai passé une matinée magnifique, le film m’avait bouleversé, et il a été un premier révélateur de mon amour pour l’Islam.

Je rentrais à pied, avec mon amie Julie. Au loin, j’apercevais mon immeuble, et chose rare, ma mère au balcon. Jamais elle ne guettait mon arrivée. Qu’avait-elle? J’étais à la fois heureuse de la voir là, à m’attendre… Mais la situation exceptionnelle, me faisait angoisser, certaine qu’il y avait quelque chose de « pas normal ».

Je quittai Julie au bas de mon immeuble, et je montai dans l’ascenseur. En passant la porte d’entrée, la nouvelle tomba comme une bombe. Qui me l’a apprise? Je crois que c’est ma soeur. Elle n’avait que 7 ans à l’époque. Je crois, mais je ne me souviens plus bien, qu’elle m’ait dit : « c’est fini, on ne verra plus papa. » Sur le coup, j’ai pensé « accident », « hospitalisation », « ivresse ». Mais ma mère a coupé court pour me mettre face à la réalité : suicide. Elle ne l’a pas dit comme ça, quoique là encore, je ne me souviens plus clairement… Mais j’avais compris. Je comprenais ses yeux rougis, les cris de ma soeur, et pourquoi elle me guettait au balcon. Peut-être se demandait-elle comment m’annoncer la nouvelle. Et je me suis sentie coupable, d’avoir passer une bonne matinée.

Suicide. C’est ainsi. C’est difficile de passer au-dessus. On se remet toujours en cause. On se dit que finalement, on a pas été assez aimée. Peut-être est-ce-qu’on s’est fait détesté. Et puis on lit les lettres d’amour qu’il nous a laissé, et non, non, ce n’est pas nous. Il nous a aimé. Ce n’est pas nous. Mais c’est tout le reste autour. Mon père a mis le doigt dans un engrenage sans fin. Le 19 Novembre 1997, je me suis jurée que je ne ferai pas les mêmes bêtises que lui. Je me suis jurée que je ne toucherai à aucune drogue que ce soit, ni à l’alcool… J’ai compris les dégâts. Je me suis jurée que jamais, oh non, JAMAIS je ne contracterai un seul crédit de ma vie.

Quelques mois plus tard, vint les histoires d’héritage. Chez certaines familles, c’est signification de grosse rentrée d’argent. Notre héritage, à nous, c’était sa montagne de dettes, de crédit pour payer des crédit qui payaient des crédits… le truc sans fin. Mes soeurs et moi avons refusé l’héritage, bien évidement… A 19, 12 ou 7 ans, on ne paye pas les dettes de son père… La famille s’est partagée cette somme mirobolante à rembourser aux rapaces bancaires.

Puis j’ai grandi. Refusant les joints qu’on me proposait au lycée, et les soirées alcoolisées.

Puis j’ai trouvé l’Islam, mon mari, mon chemin, mon destin…

En apprenant ma religion, je me rendais compte que ces histoires de crédit étaient interdites. Quel soulagement! Je n’aurai pas à convaincre mon mari de ma répulsion à cet acte.

Aujourd’hui, je suis heureuse. Je n’ai pas de crédit. Beaucoup de personnes ne comprennent pas pourquoi je continue de payer un loyer du montant de leur crédit mensuel… Je me suis même entendue dire plus d’une fois : « toi au final, tu n’as rien, nous, on a notre maison. »

Je souris et ne réponds rien. Mais le fond de ma pensée est là : je paye un loyer pour avoir un toit au-dessus de ma tête, et le jour où je veux partir, je suis libre de le faire, sans prise de tête. D’autres payent un crédit sur des dizaines d’années, ils louent donc leur logement à la banque… et si un jour ils ne peuvent plus payer, les ennuis sont énormes. Sans parler de tout ce qui pèsent sur les propriétaires.

Je ne suis pas en train de dénigrer le choix de beaucoup. Ce n’est pas mon but. C’est juste ma façon de voir les choses.

Je préfère ne pas être propriétaire sur Terre, mais dans la vie d’Après, inch’Allah, qu’Allah accepte mes oeuvres!

Je vois de plus en plus de proches qui payent des crédits… dont certains à qui on a déjà retiré voiture, maison, etc…

On fait croire aux personnes qu’elles sont propriétaires… Mais elles ne le sont réellement qu’une fois le crédit entièrement remboursé.

C’est un choix que je me suis jurée de ne jamais faire. Et j’ai une chance incroyable, d’avoir mon mari à mes côtés.

Je me souviens avoir discuté de ce choix avec une amie qui venait de contracter deux crédits : un immo, un auto. Elle m’avait rembarré que « si je voulais vivre en France, je ne pouvais pas passer entre les mailles du filet à crédit ».

El Hamdulilleh. Mon mari a toujours rêvé d’avoir une telle voiture, depuis longtemps. Mais il était hors de question que nous l’achetions à crédit. Nous avons patienté, et cet été, nous avons pu nous l’offrir neuve, sans crédit. Et la phrase de C. m’est revenue, j’ai souri. Elle avait tort. Quoique… La banque a quand même essayé de nous faire faire un crédit, même si nous avions l’argent en banque!! Ah ce commerce!

J’entends déjà les « oé, mais toi, ton mari çi, ton mari ça… » Mais c’est faux. Nous sommes mariés depuis 9 ans bientôt, et nous sommes partis de moins que rien. Nous avons patienté, et avons placé notre confiance en Dieu. Car au final, nous le savons : ce n’est pas les crédits qui feront de nous des gens heureux. Mais c’est Dieu, le Seul, l’Unique! C’est Lui qui nous a nourri dans les périodes difficiles comme dans les périodes chastes. Tout vient de Lui. Et nous ne L’avons jamais oublié.

Ici, crédit, c’est zéro…

Tout comme nous ne prenons jamais les intérêts des banques, qui s’étonnent toujours que nous n’ouvrons pas de livret A!!

Publicités

11 commentaires

  1. islamie · octobre 28, 2012

    salam
    d’abord désolée pour le quiproquo dans mon précédent message, que ALLAH me pardonne mon erreur!

    chez nous aussi, no credit, no problem lol, l’entourage comprend pas (mais bon en meme temps c’est pas leur vie hein!), c’est un signe de premier pas dans la « marge », dans l’extremisme!tu sais quand tu fais pas de crédit, que tu fetes pas noel, que tu manges QUE halal et que au resto, tu refuses la VIANDE pour toi et ton enfant….etc
    donc ici, le credit c’est no, no, no.
    Nous aussi, on met de coté ou alors wal hamdoulah, on achete a credit à…0%!et acheter une baraque a credit, meme avec 10000 euros de salaire, no thank you! et puis la plupart des gens s’endettent mais ils continuent de se plaindre TOUT LE TEMPS, alors qu’ils sont proprio, je le constate autour de moi.ca rend pas plus heureux, mais on appartient au « groupe dominant », ça doit rassurer.

    et puis c’est vrai tout le monde le fait et quand on est les seuls a pas le faire….
    perso, mon luxe dans la vie c’est pas tant de posséder des choses que de pouvoir profiter de petits luxe comme inchala louer une petite petite maison avec un petit petit loyer:) ( et si c’est pas possible wal hamdoulah, on est bien la ou on est!), et voyager surtout, bouger, faire des projets en famille de temps à autre inchala, passer du temps avec ceux qu’on aime car qu’on le veuille ou non, dans cette vie, ya un moment ou on se separe….Pour je l’espere, inchala, se retrouver apres, qu’Allah le permette.

    mais posséder, non, au final, je partirai pas avec une maison ou une voiture dans la tombe alors
    par contre, profiter de l’ici bas, ca veut dire passer de bons moments en famille et faire des projets,
    donc le bonheur des uns n’est pas le bonheur des autres!
    apres c’est clair, faut etre humble devant Allah, perseverer dans Sa voie, Lui demander, Lui faire confiance, c’est Lui al Razzaq, Gloire a Lui, le manger, le toit, les vetements, les sorties, les voyages, la santé, tout est de Lui sobbhanou, on est rien du tout nous, mais rien de rien….
    je vois les choses de cette façon, les biens sont attractifs mais ephemeres,mais pour moi le luxe c’est pas trop d’avoir des bijoux, une maison A MOI, etc mais l’amour de ceux qui sont proches, la santé…
    cette vie est si courte sobhanalah c’est ça la vie selon moi!c’est quand t’as pas ça que t’es malheureux, et non quand t’as pas une maison etc, ça c’est le vernis mais quand l’essentiel est la, c’est ca le plus important
    TAWAKUL, voila le maitre mot
    juste une remarque, on fait attention au decouvert, a l’eviter au maximum donc a bien gerer les sous parce qu’on l’oublie souvent mais les decouverts aussi sont des credits, avec des taux etc! qu’Allah nous pardonne et nous guide amin…
    Mais ton amie n’a pas tord, de ce fait, on se rend compte que cette saleté de crédit est partout dans cette société, donc faut faire gaffe, pour ma part, c’est le decouvert qui m’embete, et je fais attention a ne pas me laisser aller et a bien gerer les sous pour ne pas tomber dans ce systeme « attractif  » Et oui c’est comme cela que ça marche, les gens consomment comme ça de nos jours!
    c’est festif les crédits, on « possède  » donc on existe, on construit quelque chose dans sa vie…Mais on peut construire sa vie autrement…Et surtout travailler pour l’au dela.

  2. maryam mimi · octobre 28, 2012

    Les crédits sont de vrais pièges, c’est certain…

    Pour ton papa, non, ce n’est spurement pas un manque d’amour, un abandon ou un acte lâche. Le suicide arrive dans un moment de désespoir intense qui envahit l’être tout entier, pour des raisons qui parfois semble « minimes » après coup, mais qui rendent le moment présent totalement angoissant pour la personne qui ne trouve aucun recours fac à ce désespoir… C’est tellement triste et bouleversant de penser qu’une personne puisse connaître ue souffrance telle qu’elle le conduit à vouloir en finir avec la vie !
    Le 19 novembre 1999, ma soeur perdait son fils aîné dans un accident de voiture…

    Je t’embrasse fort Salwa, que Dieu te protège ainsi que ta famille !

  3. Natou Oum-Asma Islametmaternage · octobre 29, 2012

    Salwa mon amour, si tu savais comme ça me retourne!!1
    Je me retrouve dans beaucoup de tes pensées !!

  4. lemiroirdelamya · octobre 29, 2012

    Salam Aleykoum,
    Une fois de plus tu mets les mots où il faut. Je suis désolée pour ton père, je suis sûre que c’était un geste de désespoir et pas quelque chose contre vous. Et l’enfer des crédits, je les connais par mon père aussi qui a des crédits qui remboursent les autres, et pourtant il a un travail et une bonne situation mais il n’a jamais su gérer son argent à la base alors en remboursant… Tout ça pour être propriétaire d’une ruine qu’il ne peut pas rénover faute de moyen.
    Ici les crédits c’est non, on met de côté, on verra.
    Les frères de mon mari ont acheté leurs appartements avant de se marier, sans faire de crédit, c’est le travail d’une vie pour au final se retrouver déposséder de tout, expropriés, et obligés de louer ailleurs.
    Ce qu’on possède est bien éphémère.

  5. chérazad · octobre 29, 2012

    poignant…

  6. laetitia bochhioua · octobre 29, 2012

    Selme alaykoum,
    Ton article m’a fais couler les larmes.
    Tu parlais une foie dans un de tes articles du fait que tu te sentais encore une petite fille car tu été souvent la plus jeune du groupe en autre raison. Mais à force de te lire je me dis de plus en plus que tu es loin d’ete une petite fille et que tes experiences de vie ont vraiment fais de toi une vraie femme, qui peut etre fiere d’elle et de ce qu’elle a.
    Je suis tout à fait d’accord avec toi les crédits de la m…., le meilleur moyen d’avoir des soucis moi perso le seul crédit que je contracte ces ceux avec la caf car d’une ils sont à taux zéro et de deux c’est juste pour l’électroménager de premiere nécécité(et quand il te lache tu n’as pas forcément l’argent de coté à ce moment là).
    selem.

  7. la sorcière · octobre 30, 2012

    J’avais complètement zappé que l’islam interdit l’usure ! Quand tu m’avais dit que même pour la maison, ce serait cash ou rien, je m’étais dit « wahou, une qui va au bout de sa pensée »… En fait oui et non. C’était une conviction avant de devenir un acte de foi.

    Félicitation pour la voiture !

    En fait, je vais aller plus loin. Sans parler de l’engrenage terrible qu’est une vie à crédit, certains économistes disent même que c’est le principe même de l’intérêt qui créé les crises économiques. En fait le crédit détruit les individus mais aussi la société. Bref, si tu as le temps… C’est plutôt déprimant et ça dure presque une heure, mais ça explique un peu le concept http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_l-argent-dette-de-paul-grignon-fr-i_news

    Je dirais qu’il faut pas se focaliser sur certains trucs mis en avant dans le film qui ferait penser à un grand complot de banquiers (bon, ça fait froid dans le dos, mais on va essayer de pas tomber dans le complotisme ^^).

  8. Salwa · octobre 31, 2012

    Eh bien, je ne pensais pas avoir autant de commentaires dans mon sens… Je m’attendais plutôt à des personnes qui défendent leurs « interêts » (quel jeu de mot ha ha ha!!)

    Merci à vous pour votre soutien 🙂

    Merci La Sorcière pour ton lien (je vais tenter de le voir quand les enfants seront couchés…)

  9. Karym · novembre 1, 2012

    Un article touchant et intelligeant en même temps.

    Je rejoins totalement le raisonnement d' »Islamie » qui a bien compris que ce n’est pas par ce que la majorité des gens vivent leur vie d’une manière que c’est la meilleure des manières.

    Lorsqu’Allah donne un ordre c’est un ordre intemporelle. Hier les credits avec interet etait interdit et aujourd’hui aussi que ce soit pour ces études, l’achat d’une maison, ou d’une voiture.

    Est-ce que la possession d’une belle voiture rend plus heureux ? Pas du tout !
    Vous entendrez les gens se pleindre tout autant sur le prix de l’essance, sur les PV de stationnement, sur les reparations en tout genre…
    Alors pour la maison n’en parlons pas …

    On peut avoir du plaisir et se réaliser de 3 façons différentes :
    – AVOIR : la consommation
    – FAIRE : voyager, savoir cuisiner, apprendre des langues
    – ETRE : Musulman, parent, cuisinier

    Donc avant de faire un crédit pour avoir le dernier téléphone à la mode, il vaut mieux réfléchir a 2 fois si on en a vraiment besoin ou si on est juste une autre victime de la consommation.

  10. Vervaine · novembre 5, 2012

    Bravo à toi de lutter contre certains travers de la société que l’on nous présente souvent comme incontournables, le crédit en fait partie. J’ai réussi pour ma part à ne pas en avoir pendant 30 ans, mais j’ai craqué pour la maison, car c’est vrai que dans ma famille, on a plutôt tendance à être propriétaire et là , avec mon mari, nous ne pouvions décemment pas acheter une maison « cash ».
    Après je crois aussi que c’est l’état d’esprit qui compte. Un crédit peut être bien géré si l’on est conscient de ce à quoi il sert et qu’on ne se fait pas prendre dans la spirale. Beaucoup de gens sont tombés dedans avec cet argent qui semblait facile « tiens, j’ai envie d’un TV/ordi/voiture/…) on me propose des crédits partout, c’est si facile » et puis hop, un autre crédit pour racheter le 1er… Là c’est vraiment l’état d’esprit de vivre avec un argent que l’on n’a pas.
    Je n’ai pour ma part pas l’interdit de la religion, mais mon état d’esprit est le même: vivre avec que l’on a et limiter ses besoins et ses envies.
    Et toues mes condoléances pour cet épisode si tragique de ta jeunesse. Et bravo à ta maman de ne t’avoir pas menti sur une chose aussi essentielle et d’avoir été si forte pour faire vivre ses enfants.

  11. Pingback: Ces émissions-là… « Le Blog d'une Maman Musulmane Maternante

Laissez votre trace...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s