Blouse blanche

La jeune femme se prépare tout excitée. C’est son premier rendez-vous gynécologique. Histoire de confirmer ce qu’elle ressent depuis plus d’un mois. Les nausées matinales ne la trompent pas. Même si c’est un état qu’elle ne connaissait pas avant.

Un coup de klaxon, son amie est arrivée pour l’y emmener. Elle monte dans la voiture avec le sourire. Le rendez-vous est pris à 9h. Elle ne connait pas la médecin. Elle ne connait rien de ce monde-là. Elle y fait ses premiers pas. Cette gynécologue a « bonne réputation ». Ici, en Tunisie, la réputation des gynéco se fait suivant où ils opèrent. Cette gynéco amènent ses patientes dans l’une des meilleures cliniques de Sfax. Avec un taux de césarienne non négligeable. Mais, elle, elle n’a pas tellement la tête à ça. Elle sait qu’elle n’aura pas les moyens d’aller en clinique. Mais l’accouchement semble tellement loin! Ce n’est pas le moment d’y penser…

Et pourtant, elle cogite dans cette salle d’attente. Il est 9h30 et le médecin n’est toujours pas arrivée. Il paraît qu’elle a eu un accouchement dans la matinée. Il faut attendre. La jeune femme regarde les heures qui défilent sur le cadran. Elle voit d’autres femmes prendre place à côté d’elle.

Une blouse blanche traverse la salle d’attente sans un bonjour, et pénètre dans le cabinet. Tout de suite après, la secrétaire appelle la jeune femme. Son coeur bat à cent à l’heure. Que se passe-t’il derrière la porte? Elle pénètre avec son amie qui explique briévement au médecin qu’elle ne parle pas bien l’arabe. Le médecin se tourne vers elle et lui demande ce qui l’amène. « Je suis enceinte », répond-elle, le sourire jusqu’aux oreilles. Le médecin tend la main : « test de grossesse, s’il-vous-plait ». Elle n’en a pas fait. Pas de test, non. Pas de prise de sang, non plus. « Comment savoir que vous êtes enceinte, alors? » Le ton est rempli de reproches. La jeune femme sait qu’elle ne s’est pas trompée. Il y a des signes, il y a des choses. Et puis, il y a ce retard de plus de 5 semaines. De toutes façons, elle le sent. Mais si ce n’était pas ça? Le médecin semble agacée qu’on lui fasse perdre son temps. Elle lui demande de passer dans la salle d’échographie d’à côté, et de retirer tous ses habits du bas.

La jeune femme est terrorisée. Elle n’imaginait pas ça. Elle s’installe en position humiliante pour une épreuve à laquelle elle ne s’imaginait pas, le matin en se levant. Pendant que la sonde termine de la paralyser d’humiliation et ses souvenirs terribles qui lui remontent à la gorge, des images apparaissent à l’écran. Elle ne voit rien. Ses yeux sont troubles de larmes. Elle se répète intérieurement : « elle n’a pas le droit de me faire ça. » mais elle ne peut plus bouger, ne peut plus parler. La voix froide du médecin la sort de sa torpeur : « félicitations, vous êtes effectivement enceinte. » La sonde se retire, le médecin sort, la laissant seule avec ses larmes, ses sentiments de saletés, et ses habits à remettre.

Une fois rhabillée, la médecin entre à nouveau, et sèchement, lui demande de monter sur la balance. Cela faisait plusieurs années qu’elle ne s’était pas pesée. Depuis, il y avait eu le changement de pays, le mariage, le changement d’habitude alimentaire, et ce tout-début de grossesse. La balance affiche 15 kilos de plus que son dernier poids connu.

La jeune femme vacille et s’évanouit. En ouvrant les yeux, elle voit son amie près d’elle, un verre d’eau sucrée à la main. Elles repartent. Les larmes dans les yeux. Une fois de plus, salie, humiliée. Elle ne pensait pas qu’être enceinte pouvait entraîner cet état, qu’elle croyait enterré…

Publicités

19 commentaires

  1. Malo · mars 13, 2013

    Toujours douloureux tout ça ❤

    • Salwa · mars 13, 2013

      Toujours…
      Ça me fait réellement très plaisir de te lire, ma Malo…

      • Malory · mars 22, 2013

        Je passe, moins souvent mais je passe 🙂
        Je remonte petit à petit et bientôt, j’espère, je viendrai vous raconter tout cela ♥ .

  2. emilieoumkalthoum · mars 13, 2013

    C’est terrible de voir le peu d’humanité de certains médecins…

  3. May · mars 13, 2013

    Soubhan Allah, quel mauvais souvenir… Qu’Allah apaise ton cœur de toutes les souffrances et tristesses que tu gardes en toi. Et qu’Il te protège. Amin

  4. dzmaman · mars 13, 2013

    Tu me fait penser à ma gynécologue, ici il ne pensent qu’à l’argent , pour eux on ait des clientes et non des patientes. Si je te raconte mon histoire et mon accouchement tu serai plus que choquer et je peux te le jurer.

    • Salwa · mars 14, 2013

      Choquée, oui sûrement. Dégoûtée, très, très certainement. J’ai beau savoir ce qui peut se passer… A chaque fois, je suis estomaquée.
      Et ce n’est pas propre aux pays en émergences, mais également dans des pays très bien industrialisés…

  5. camille · mars 13, 2013

    salam alaikoum

    pareil ici. Et comme c’est la « normalité », peu de femmes se révoltent…

    • Salwa · mars 14, 2013

      Difficile de se révolter face à « l’autorité »… Surtout quand c’est la première fois…

  6. clo · mars 14, 2013

    Malheureusement trop de médecins sont là pour l’argent et non pour soigner 😦
    En face d’eux ceux-là voient un portefeuille et non un être humain.
    Et quand c’est un gynéco qui agit comme ça, c’est pire encore car bon, ça touche encore plus à notre intimité :/
    Je rejoins Camille, trop peu de femmes se révoltent alors que l’irrespect du patient n’a rien de normal.

    • Salwa · mars 14, 2013

      Je ne sais pas si c’est JUSTE une question de fric…
      Je crois que certains médecins ne prennent pas le recul nécessaire et humain pour recevoir d’autres.
      Ils aiment peut-être leur boulot… Mais, ont une idée très arrêté sur la façon dont il doit être accompli…

  7. Nath · mars 14, 2013

    C’est une question d’individu, ni de pays, ni d’homme ni de femme.
    Il me semble que certains(nes) ont la vocation, l’empathie suffisante et d’autres pas.

    Il y a plusieurs années déjà, on m’a annoncé que le « bébé » de trois mois de grossesse que je portais avait perdu la vie en me disant: « c’est tout mort là dedans ! »
    Et on m’a laissée repartir seule, rentrer chez moi, avec ce bébé mort dans le ventre en me disant d’attendre qu’il sorte seul sans plus d’explications.
    J’étais jeune et réservée, je n’ai pas osé protester.

    La médecine ne doit pas être de la mécanique, il y a le geste technique et il y a le lien humain. Les deux sont importants.
    Maintenant, l’âge aidant :), j’ose dire à certains praticiens qu’ils se sont trompés de vocation et qu’ils feraient de très bons réparateurs de lave-linge lequel a le considérable avantage de ne jamais poser de questions.

  8. Mahdiya · mars 14, 2013

    Salam aleykoum

    Allahi sehel amine

    Tout cela n’est que trop fréquent encore. personne ne seras surpris que moi aussi j’ai eu a faire a des gynéco don la délicatesse manquait, même si c’était hors grossesse. sondes introduits douloureusement, refus de prendre au sérieux les douleurs etc.

    qu’Allah ouvre les yeux et les coeurs des médecins amine.

    en tous cas j’espere ma belle que désormais tout est rétablis en ton coeur et en ton corps sinon qu’Allah t’accorde cette guérison amine.

  9. Vervaine · mars 15, 2013

    Quel douloureux témoignage ! En effet, je ne pense pas que ce soit une question de pays, cela aurait tout aussi bien pu arriver en France, si j’en crois les commentaires de copines et autres récits bloguesques.

    Le coup du « comment savoir si vous êtes enceinte sans test de grossesse?! » C’est du pur délire! Et donc un « médecin », a fortiori un gynécologue ! soit-disant, ne serait pas capable de voir qu’une femme est enceinte autrement que par une échographie? On délègue tout aux machines, c’est ahurissant! Il est tout à fait possible de connaitre l’état de grossesse d’une femme sans machine (avec éventuellement un toucher vaginal, je ne suis pas sûre, mais cela peut-être fait respectueusement s’il est indispensable).

    Ce qui est d’autant plus douloureux dans ton exemple, c’est que ce médecin était une femme, mais bon, parfois certaines femmes sont pires que des hommes quand il s’agit du respect du corps d’autrui. Je pense comme Nath que c’est une question d’individu avant tout.

    Après, il y a peut-être l’influence du système, qui veut que tout aille vite, que tout soit rentable. L’évolution des hôpitaux en France ne laisse présager rien de bon (il faut voir le niveau du débat sur les maisons de naissance! ahurissant!)

    Et oui, c’est d’abord à nous, femmes, de ne pas nous laisser faire face à l’attitude des médecins qui-savent-eux, mais ce n’est pas facile !

  10. emilieoumkalthoum · mars 15, 2013

    Je voulais réagir sur les commentaires qui disent que c’est à nous de nous révolter.
    Je suis entièrement d’accord mais d’une part c’est difficile car les médecins ont tendance à vite nous faire culpabiliser, et d’autre part surtout on ne se rend pas forcément compte tellement c’est banal !

    Pour l’anecdote, lors de ma rééduc du périnée, je suis tombée sur une perle de sf.
    Elle m’a d’abord dit qu’on pouvait faire toute la rééduc sans qu’elle me touche, que du coup elle ne pourrait pas faire complètement son travail mais qu’au moins elle pouvait me dire les mouvements.
    J’ai accepté les TV. Et avant de commencer, elle me demande si je suis bien installée, me dit qu’elle se qu’elle va faire, me demande si je suis vraiment prête, et le fait sans regarder vers mon sexe.
    J’étais étonnée de tant de douceur, de respect et de pudeur de sa part ! Et c’est à ce moment-là que j’ai compris à quel point je n’avais pas été respectée par les gynécos. Et j’ai eu envie de pleurer, je me suis sentie très en colère contre moi-même de m’être ainsi laissée faire…

    Mais cette expérience a vraiment été un électrochoc ! Maintenant, hors de question que je me laisse faire (bi7amdillah) !

  11. sorcieredulogis · mars 18, 2013

    😦 une entrée dans la maternité super violente avec une consultation qui a du paraitre bien anodine pour la gynécologue. Je comprend d’autant plus ton engagement pour l’ADD.

    • Salwa · mars 19, 2013

      Une entrée dans ma vie de femme hyper douloureuse, aussi… Et cet épisode n’a fait que remuer le couteau dans la plaie…

  12. Pingback: Revue de presse du 30 mars 2013 - M.M Blog – Materner avec un grand Aime

Laissez votre trace...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s