Péridurale et moi

Je ne m’apprête pas du tout à sortir un texte qui aurait de la valeurs dans la jurisprudence islamique. Que cela soit bien clair.

Les recherches d’internautes qui mènent sur mon blog sont régulièrement sur le sujet de la péridurale. Qu’elle soit ou non autorisé dans notre religion, je ne veux pas m’en étaler. Chacune prend ses propres responsabilités. Cependant, j’aimerai amener à une certaine réflexion.

On se borne souvent à attendre qu’on nous dise « oui, c’est autorisé », « non, c’est interdit ».

Je rappelle souvent ce hadith qui est une ligne de conduite dans ma vie et qui m’aide souvent à y voir plus clair : « Laisse ce qui provoque en toi le doute pour ce qui ne suscite en toi aucun doute. » (Rapporté par At-Tirmidhi)

Or, qu’est-ce que la péridurale? Bien souvent, nous ne connaissons pas les composants de cette anesthésie. Alors que nous scrutons la listes d’ingrédients de chaque paquets de gâteaux au supermarché. Nous sommes conscientes que nous ne savons pas ce que nous nous injectons dans le corps avec cette anesthésie, car les mélanges varient selon les praticiens. Mais c’est à base de morphine.

Aujourd’hui, sous prétexte de confort, et sans chercher à creuser plus loin, on ne se prépare plus à vivre cette aventure avec tout nos sens.

Non, on peut tout effacer, et on le fait. On ne se questionne pas. On réagit égoïstement. « Je ne veux pas souffrir pour rien », ai-je entendu, et mon coeur s’est serré. Le « rien » était sur ses genoux, et elle arborait un grand sourire. Cela m’a fait un drôle d’effet. Mais est-ce tant la faute à cette mère (à ces mères)? Je ne crois pas.

On nous bassine que nous ne sommes pas capables. On nous fait croire que ce n’est pas dans nos capacités. Et on nous sert des potions magiques toutes prêtes, y a qu’à appuyer sur le bouton. Et notre cerveau se met sur pause. Le temps de la naissance. Pour occulter.

On nous fait vivre dans la peur. C’est tellement plus simple. Peuple apeuré est inactif et contrôlable.

Mais repense-t’on au « douteux » de l’affaire? Se pose-t’on les questions de ce qu’il peut advenir?

Connaissons-nous réellement les conséquences de cet acte?

L’Islam nous demande de prendre soin de notre corps, de notre santé, de notre progéniture. L’Islam nous demande de ne pas consommer d’alcool, de drogue, de tabac car ses substances sont nuisibles pour notre santé et celle de nos proches. Et sans réfléchir, parce que la péridurale serait un « médicament », on efface une partie de notre vie, et la plus importante de celle de notre bébé : sa naissance.

Les effets de la péridurale peuvent nuire à notre santé personnelle, mais aussi à celle de son bébé. On sait maintenant, que des bébés naissant sous péridurale peuvent avoir plus de mal à téter correctement, et cela est forcément nuisible sur leur santé. Car les protocoles hospitaliers ne vont pas booster les choses, et vont rapidement passer les bébés au lait artificiel.

Or, même l’OMS et l’UNICEF reconnaissent la nécessité de l’allaitement maternel pour un développement sain.

Sous anesthésie, l’accouchement a plus de risque de finir médicalisé… Quel accueil dans la vie… Quel dommage.

Réfléchissons-nous assez, sous prétexte de technologie, de progrès? Ou bien, cela nous arrange-t’il de ne pas chercher plus loin?

Avant l’entrée sur Terre de ce petit être nouveau, s’il vous plaît, réfléchissez. Il ne s’agit pas de jouer aux warriors. Il ne s’agit pas de prouver aux autres qu’on a du courage. Il ne s’agit même pas de courage ou d’être forte. Il s’agit d’être femme. Il s’agit d’être mère. Il s’agit de prendre soin de soi et de sa descendance.

22. Elle devient donc enceinte [de l’enfant], et elle se retira avec lui en un
lieu éloigné.
23. Puis les douleurs de l’enfantement l’amenèrent au tronc du palmier, et
elle dit : «Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et
que je fusse totalement oubliée ! »
24. Alors, il l’appela d’au-dessous d’elle , [lui disant : ] «Ne t’afflige pas. Ton
Seigneur a placé à tes pieds une source.
25. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes
fraîches et mûres.
26. Mange donc et bois et que ton oeil se réjouisse ! Si tu vois quelqu’un
d’entre les humains, dis [lui : ] «Assurément, j’ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain».

(Sourate 19, Maryam)

(Cet article ne vise que les accouchements où la péridurale a été choisi par « confort » et non par un soucis réel, car comme toutes choses : le médical a lieu d’être, s’il reste à sa place, et en cas de besoin…)

Publicités

44 commentaires

  1. Nilala · avril 18, 2013

    Rarement je suis en désaccord avec toi. Mais aujourd’hui c’est le cas.
    Je suis contre la péridurale pour moi, car je suis persuadée qu’elle est la cause de l’accouchement problématique de mon ainé.
    J’ai regretté y avoir eu recours et l’ai refusée pour mes (3) enfants suivants. Je suis pour qu’on arrête de faire croire qu’il est impossible de faire sans. Je suis pour les méthodes alternatives de gestion de la douleur.
    Mais je trouve ton article plein de jugements et culpabilisateur.
    Refuserais-tu une anesthésie avant un soin dentaire sous prétexte qu’on peut faire sans?

    Parler de péridurale « de confort » c’est nier la peur de la douleur, nier que la douleur est ressentie différement, nier qu’elle ne se mesure pas.
    Et ta conclusion semble dire que seul un accouchement sans péridurale fait une bonne mère…

    Pour une fois, je n’adhère pas du tout…

    • aleksandra · avril 19, 2013

      je pense que comparer la visite chez dentiste a la complexité de l’accouchement est mal choisi…

      il me semble que le problème du péridurale dans notre société c’est le vol de la confiance en soi des femmes.
      on nous fait croire que nous ne sommes pas capables,les soins sont comparables à la maltraitance alors oui,la peri arrange tout le monde.
      la femme ne sent pas alors la sage femme touche automatiquement etc etc etc…
      le vrai problème c’est manque de réconfort,manque d’accompagnement,de l’alternative réelle à la péridurale dans les maternités (même celles qui sont un peu plus respectueuses que les autres)

      toute mère est la meilleure pour son enfant mais une mère qui a de la chance de pouvoir décider,qui peut vivre les choses consciement et avec accord sera sûrement plus satisfaite (quelque soit sa décision cette décision sera réfléchit)
      il me semble que Salwa voulait nous rappeler l ‘importance de l’acte d’accouchement,c’est un miracle et tout est fait pour une raison,l’harmonie parfaite.
      La péridurale ou pas ça nous profite à tous de savoir ce que c’est et connaître les risques et avantages.
      C’est magnifique aussi de comprendre ce qui se passe dans le corps de la femme qui accouche(et dans celui de son enfant), il a aussi un côté psychologique très important qui se passe à travers de ce vécu.
      dire la vérité ce n’est pas tout de suite juger les autres.
      on peut avoir un certain point de vue et respecter les opinions des autres comme on peut admettre tout ce que dit plus hait Salwa et quand même accoucher sous péridurale par manque de soutien et l’impossibilité(subjective) de s’en sortir autrement.
      c’est un sujet très vaste 🙂
      bravo Salwa,un texte vraiment fort

      aleksandra iman

      • Salwa · avril 19, 2013

        De tous les commentaires, je sens que c’est toi qui a vraiment compris le sens de mon message. Merci.

    • Salwa · avril 19, 2013

      Tu as mal compris mon message.
      Si culpabilisation, il y a, alors ne serait-ce pas remise en question?
      D’un autre côté, je passe mes journées à faire attention à ne pas « culpabiliser » les mères peu importe le choix qu’elles font… Ici je laisse mon ressenti réel s’exprimer.
      Si certaines se sentent culpabilisées c’est qu’elles ont un problème à régler avec ça.
      Si elles n’ont aucun soucis avec leur ressenti, elles ne culpabiliseront pas devant ce texte et se diront simplement que je suis une réactionnaire, extrémiste, avec pleins de principes à la khon 😉

      Oui, la péri de confort existe… Comme la césa. Et oui, je trouve ça horrible, égoïste et absurde.
      Mais c’est MON point de vue. C’est tout.

      Et encore une fois, je ne parle pas de péri faite par nécessité qui ont permis à des femmes en travail depuis 48h de trouver un peu de répis et de force, de péri parce qu’un siège avec forceps se prépare, ou autre accouchement pathologique.
      Et je ne parle même pas des péris forcées par l’équipe hospitalière parce que la maman est jeune et qu’elle ose pas dire non.

      Je parle de ces mamans qui ne connaissent pas les contractions et ne veulent pas les connaître.

  2. dzmaman · avril 19, 2013

    Salam,
    Voilà un sujet qui fait mouche, ici en Algérie dans les hôpitaux et dans les cliniques privées on ne propose jamais de péridural ce n’est même pas la peine de rêver non pas que j’en veuille, mais sa m’aurai plus de ne pas ressentir l’eguille rentrer 30 fois dans ma peau ( 30 point de suture ), ici tu te tord de douleur et personne n’essaie de te soulager, ici les femmes rêvent de péridural. Moi je crois que j’en ai rêvé aussi dans un lit partager avec un autre femme et que je me tordais de douleur avec des caffars qui courrait partout.
    J’aimerai bien écrire un article sur les hôpitaux d’ici.
    Ton article est sujet à controverse et moi je dis pour et contre même si tu appel sa une péridural de confort une femme qui a porté son enfant 9 mois et qui se tord de douleur a le droit de ressentir un peu de ‘confort’ et d’être soulager et juste de savourer la venue au monde de son bebe

    • Salwa · avril 19, 2013

      J’ai accouché en Tunisie de mon premier. Et la bas non plus, y a pas de péri. Pas dans les hôpitaux publics pour les pauvres.
      Les cafards et les chats sauvages pendant que tu pousses ton bébé au monde sur une table cradingue, attachée par les perfs et une épisiotomie faite à la lame de rasoir : oui, merci, je connais aussi, j’ai vécu.
      Douleurs extrêmes parce que déclenchée. Menacée de césarienne. Je n’avais même pas 21 ans.
      Et pourtant, la péridurale, que m’aurait-elle enlevé de ça?
      Les douleurs des contractions étaient peut être la dernière chose qui me rattachait à mon bébé. J’étais seule. Mon mari n’avait pas le droit d’être là.

      Faire disparaître une chose la rendra plus aisée?? C’est un leurre au vu des problèmes qui apparaissent par la suite!!!

      Non, je ne peux pas être d’accord avec toi.

      Et j’ai aussi vécu l’accouchement au bled.

      Il y a, comme le note Aleksandra, un vrai manque au niveau de la préparation. Et au lieu de combler ce vide, on anesthésie les femmes. On anesthésie les cerveaux…

      • aleksandra · avril 19, 2013

        Et au lieu de combler ce vide (préparation.soutien adapté sur mesure), on anesthésie les femmes. On anesthésie les cerveaux…

        il me semble que c’est ça le fond du problème!
        pour moi de ce point de vue ça entre dans le cadre du non respect des besoins des femmes qui accouchent.
        on se content de faire expulser les bébés,le service hospitaliers en tête et souvent la mère n’est qu’une victime

        accoucher sans péri peut être une bataille

        je suis triste que la péridurale serait LA solutions aux problèmes des hôpitaux maghrebins… je pense que LA solution serait plutôt d’apprendre à respecter l’autre, à lui porter du soutien et de l’amour fraternel et ne pas transformer un accouchement en boucherie(comme tout autre acte médicale etc).
        C’est de cette façon que nous sommes passé(e)s à côté de l’essentiel.

        une approche positive,que Salwa nous offre,nous apprend avec les faits médicaux à l’appui(d’autres postes), peut faire presque des miracles (je dis presque puisque je trouve que retrouver soi-même,la confiance n’est pas un miracle,c’est dans notre nature il faut juste y croire)

        .
        accoucher dans le respect et avec du soutien,avec péridurale ou pas!
        l’anesthésie résout que le problème de douleur et très temporairement!

        aleksandra

      • dzmaman · avril 20, 2013

        Je ne suis pas d’accord parce que tu donne l’impression de dire qu’une femme qui donne la vie sous péridural est moins mere qu’une qui a souffert toute sa race. Wallah accoucher sous péridural n’enleve rien a la magie de donner la vie y’a quoi en moins les douleurs, des souffrances atroces, et il reste quoi juste la Beaute du geste le fait d’attendre et de pousser et de donner la vie sereinement.
        Salwa je ne te dis pas que c’est la solution, la péridural c’est un choix. Y’a des femmes qui assument et d’autres qui assument pas.
        En quoi le faite de soulager une femle qui accouche est si mal que sa.
        Je ne te parle pas de faire disparaitre un truc, c’est juste l’acte de soulager.
        Lors de mon accouchement j’ai vue des femmes se tordre de douleur, leurs mains étaient comme tordu et paralysée wallah aucune d’elles n’auraient refuser une péridural si on leur avaient proposer.
        Je n’ai jamais regretté mon accouchement et si c’était à refaire et qu’on me proposerai la péri je la refuserai sans me retourner mais je suis pour le faite de soulager les femmes qui souffrent.
        Merci ma jolie pour ce sujet

        • Salwa · avril 20, 2013

          Je comprends ton pont de vue, pour autant je ne le soutiens pas du tout.
          La péridurale n’a pas été inventé pour soulager les femmes. Et c’est là le vrai soucis. Aujourd’hui on a le « choix » d’accoucher ou non sans douleurs, demain on aura le choix de porter ou non notre enfant dans notre ventre… Jusqu’où irons-nous pour ne plus souffrir de choses naturelles? Pour contrôler l’incontrôlable?
          On ne devrait plus agir sans avoir conscience de l’impact de nos gestes…
          Sans se douter de ce qui se passe sur notre santé et celle de nos enfants.
          La péridurale existe el hamdoulilleh. Pour les accouchements pathologiques.
          Pour les accouchements à problème. Pour les accouchements où il y a des soucis qui ont besoin de cette intermédiaire pour sauver une maman et son bébé. Oui, mille fois oui.

          Une péridurale pour un acte sans problème, un acte aussi NORMAL que celui d’accoucher… Sobhan’Allah… Que sommes nous devenues?

          Et sinon, je n’ai pas dit qu’on n’est moins mère en ayant accoucher sous péri, quoique vous puissiez le ressentir…
          Je faisais juste le parallèle entre le fait de vivre ces contractions et la façon dont nous avons été crée!

          C’est tout 😉

        • emilieoumkalthoum · juin 25, 2014

           » Wallah accoucher sous péridural n’enleve rien a la magie de donner la vie y’a quoi en moins les douleurs, des souffrances atroces, et il reste quoi juste la Beaute du geste le fait d’attendre et de pousser et de donner la vie sereinement. »
          -> Si, la péridurale peut enlever la magie de l’accouchement. Tout dépend de la personne. J’ai mis au monde ma 1ère sans péridurale, et ma 2e avec. Et crois-moi, la péridurale a enlevé toute la magie. Quand j’ai sorti la 1ère, ça a été une explosion de sentiment, un truc immense, indescriptible, ma sha Allah. Et ça, je peux le dire à 100%, grâce à la douleur. Pour la douleur, ce moment a été aseptisée, ça sentait faux. Je n’ai pas pleuré pour la 1ère, paradoxalement, parce que c’était trop fort. J’ai pleuré pour la 2e, mais de soulagement, pas de bonheur. J’ai eu beaucoup de mal à accepter mon 2e accouchement à cause de cette foutue péri que j’avais pourtant demandée…
          Donc, non, je ne peux pas te laisser dire que péri ou pas c’est la même chose !!! Et pourtant, ma péri était peu dosée, j’ai « tout » senti comme on dit, mais je n’avais pas mal. Donc, je le répète, la douleur est pour moi essentielle et participe à l’attachement au bébé. Après, alhamdolillah, on a d’autres choses qui nous attachent au bébé.

  3. islamie · avril 19, 2013

    salam
    pas d’accord sur certains points meme si je te comprends ton point de vue:)
    et Salwa, je lis ton blog depuis un bon bout de temps, tu peux paraitre extreme parfois mais j’ai compris que c’est parce que ça te tiens à coeur et que tu ce sont tes convictions et que tu apprecies de pouvoir t’exprimer.
    Pas trop trop d’accord sur le fond mais sur les risques, oui c’est vrai c’est pas une simple piqure, donc apres il faut faire les choses en son ame et conscience…..et reconnaitre aussi qu’on peut accoucher, si on fait le choix dans la » douleur » avec les joies de sentir passer bebe etc, je suis d’accord mais je suis d’acc »‘ aussi avec l’opinion exprimée plus haut, il y a pleins de douleurs, pleins d’histoires, pleins de ressentis, pleins de vecus, donc on ne peut avoir non plus une position reductrice…Et etre mere, c’est pas seulement accoucher, c’est pendant la grossesse, c’est l’instant d’apres, le premier regard, c’est les 30 ans aussi apres lool ,enfin juste pour dire que moi j’ai un ressenti different:) mais tu vois je suis enceinte, et la je me dis tiens ça se trouve je ferai sans bi idnillah:)
    enfin juste pour dire je te comprends meme si ressenti different:)
    Islamie
    wassalam

    • Salwa · avril 19, 2013

      J’ai pas trop compris ton message. Je sens que tu ne veux pas me « vexer » et du coup ton message n’est pas clair.
      Je ne suis pas vexée pour rien, chacune a sa propre opinion.

      Pour moi, je n’accuse pas les femmes, j’accuse le système qui fait que ces femmes sont CONVAINCUES qu’elles ne pourront jamais accoucher sans péridurale…

    • aleksandra · avril 19, 2013

      un soutien adapté aurait permis dans l’idéale à cette maman de comprendre pourquoi et d’assumer son choix pleinement.
      d’aller au fond de soi-même peut aider à affronter tant d’autres soucis,surtout concernant le couple, la maternité,la famille etc
      on vit tous avec nos démons

  4. Vervaine · avril 19, 2013

    Un très beau texte. Pour ma part, je ne vois pas de jugement, et encore moins de culpabilisation (et suis d’accord avec toi: si on est sûre de son choix, on ne « culpabilise » pas après).
    Je ne suis pas musulmane, mais de tradition catholique (pas pratiquante). Dans la Bible, il est écrit « tu enfanteras (=accoucheras) dans la douleur » et souvent, j’ai entendu des médecins reprocher à des femmes très pratiquantes qui refusaient la péridurale: « oh mais c’est fini tout ça ». Et c’est à demi-mot ce que reproche O. Buisson dans son livre et ses (torchons), pardon interviews: de dire que l’accouchement dans la douleur est un vieux relent religieux. Sauf que maintenant c’est la péridurale la nouvelle Église ! Hors la péri (et le synto, l’épisiotomie…) pas de salut !
    A ce sujet, l’article de Charlie Hebdo http://www.charliehebdo.fr/news/-entretien-odile-buisson-sante-femmes-annees-cinquante-808.html donne juste envie de vomir. Heureusement, il y a beaucoup de réactions http://www.charliehebdo.fr/news/droit-de-reponse-odile-buisson-809.html
    Parce que les médecins considèrent que l’accouchement est un acte médical avant tout. Or, c’est d’abord un phénomène physique, physiologie !!! C’est pourquoi je n’aime pas du tout la comparaison avec l’anesthésie chez le dentiste. Soigner une dent n’a rien de naturel, c’est un cas pathologique. Donc oui, on va faire une anesthésie pour ne pas avoir mal. Et on est content d’avoir une bonne médecine qui nous soigne.

    Mais un accouchement est D’ABORD un phénomène physiologique, au même titre que manger, digérer, respirer… Il est plus risqué, certes, et présentent parfois des complications. Auquel cas, on est content d’avoir la médecine (et l’anesthésie) pour y remédier. Mais quand tout se passe bien (et cela dans -à la louche- 80 ou 90 % des cas), il n’ a pas de raison d’intervenir.
    Supporter la douleur est différent selon chaque femme, personne ne peut dire ce qu’on arrivera à supporter ou pas. Mais de nombreuses méthodes de gestion de la douleur, de préparation, d’accompagnement… existent ! Sauf qu’elles ne sont pas toujours proposées, parce « allez hop, une p’tite péri, et c’est fini ». (De même que « allez hop, un bib et vous n’aurez plus mal aux seins » -mais vous aurez foiré votre allaitement, c pas grave!).
    Péri et allaitement, pour moi, c’est le même combat: il faudrait d’abord recevoir assez d’information pour que les femmes choisissent en connaissance de cause (notamment sur les dangers potentiels de la péri, que ça ne marche pas toujours, etc), mais qu’on leur présente déjà tout ce qui est possible de faire pour soulager la douleur sans produits chimiques.

  5. Vervaine · avril 19, 2013

    Au passage: j’ai accouché dans une « belle » maternité niveau 2, avec tout le confort moderne, et on m’a regardé avec des yeux ronds quand j’ai dit que je ne voulais pas la péri (en pensant secrètement que je la prendrai au bout d’un moment).
    Finalement, mon mari m’a raconté que « tout le monde » passait voir à l’occasion « la femme qui n’avait pas pris la péri » (je ne m’en rendais pas compte, j’étais dans ma bulle), surtout pour l’expulsion (et ils avaient consenti à me virer le monito qui ne servait à rien dans ce cas !).

  6. islamie · avril 19, 2013

    salam aleykoum
    en fait je voulais dire qu’on a pas forcement le meme point de vue c’est certain et pour cette raison tes positions peuvent parfois sembler dures, comme le fait d’associer le fait d’etre mere avec le ressenti des contractions….je ne suis pas d’accord la dessus mais la question de vecu et de ressenti, la maternité n’est pas quelque chose de bien preetabli et de « fixe »  » stable » , chacune a son propre vecu et ressenti
    pour etre mere ca ne passe pas par les contractions, je me suis sentie mere avant, pendant et apres et j’avais la peri, pour ne pas avoir mal, mais comme je le repete, c’est un autre vecu, ALLAH ALEM.
    Et grâce à ALLAH, nous avons chacune des parcours differents. Je les ai ressenties tout de meme les contractions et non je ne me suis pas sentie mere a cause ou grace a cela, ca ne m’a rien fait du tout -enfin a par avoir mal- ce n’etait qu’un etat physique rien a voir avec mon « psychologique » j’ai envie de diremon chemin est autre wal hamdoulah mais je comprends et respecte les mamans qui ont un autre parcours, juste envie de dire, chacune est differente, et la maternité exacte, bien je crois que ça n’existe pas lool, enfin pas pour moi, sinon on aurait toutes un guide, un mode d’emploi sur ce que devenir mere est.
    Je crois qu’il ne faut pas juger trop vite son prochain, et trop durement, et ce de maniere generale…et aussi se dire que l’autre n’a pas le meme ressenti ni le meme vecu, c’est cela le fond de mon propos.
    Mais c’est vrai sur le fait qu’eduquer les femmes a accoucher sans peri, ben c’est a faire, je suis d’accord la dessus et sur le danger de la péri, connaitre l’importance d’une bonne prepa a l’accouehement aussi apres wal hamdoulah, on a le choix, et chacune le fait en son ame et conscience:) parce que meme avec totu cela, par exemple une bonne prepa, certaines femmes ne veulent ou ne peuvent pas gerer cette douleur atroce et la personne ne peut juger, mais ca c’est mon avis perso
    wassalam

  7. islamie · avril 19, 2013

    et j’oubliais de dire, le plus important, et ALLAH sait mieux:)

  8. aleksandra · avril 19, 2013

    accoucher dans le respect et avec du soutien,avec péridurale ou pas!
    l’anesthésie résout que le problème de douleur et très temporairement!

    si « la boucherie » avait lieu l’anesthésie n’effacera pas le mauvais souvenir ni les suites de couches

    le plus grand risque de la périduarale c’est de devenir spectateur de osn accouchement au lieu d’être un acteur actif.
    C’est une vérité qu’il faut savoir affronter et accepter aussi. Alors oui à une préparation et au soutien et respect à toutes les mamans.
    La péridurale n’est pas LA solution c’est juste un anesthésiant.
    L’accouchement ce n’est pas que de la douleur des contractions et d’expulsion.
    aleksandra

    p.s

    j’ai eu la péridurale sans l’avoir demandée. j’ai perdu le contrôle de mon accouchement par manque de savoir et de confiance en moi et de force à m’exprimer plus fort.
    pour les soignants c’était une étape de l’accouchement à suivre,pendant que j’ai supportais bien la douleur,j’étais juste fatiguée et j’ai demandé à plusieurs reprises un bain,trop gentillement….

    alors les femmes ne savent pas toujours pourquoi elles acceptent la péridurale puisque elles la demandent pas toujours non plus.

    alors OUI pour la prise de conscience ,c’est pas la péri mais notre état d’esprit qui compte,le fond de nous

    beaucoup des femmes ont seulement besoin d’entendre (à plusieurs reprises souvent) qu’elles peuvent qu’elles sont capables qu’elles sont fortes magnifiques pour arriver!!!!
    combien de mamans allaitantes réussissent grâce au soutien? et combien échouent à cause de manque des bons informations,manque de confiance en soi,manque d’accompagnement adapté…

    .

  9. sorcière du logis · avril 19, 2013

    Ahh, billet polémique salwa !

    Je comprends ce que tu veux dire. Et tu as raison en ce sens : On fait flipper les mères. J’ai de la compassion pour celle qui dit « je prendrais la péri, je veux pas souffrir pour rien ». Mais elle n’est pas égoïste, elle est mal informée.

  10. aleksandra · avril 19, 2013

    mal informée et parfois même formatée… aussi de la compassion pour elle..,y a qu’elle qui sait ce qu’elle ressent après le tout

  11. islamie · avril 19, 2013

    salam
    « alors OUI pour la prise de conscience ,c’est pas la péri mais notre état d’esprit qui compte,le fond de nous

    beaucoup des femmes ont seulement besoin d’entendre (à plusieurs reprises souvent) qu’elles peuvent qu’elles sont capables qu’elles sont fortes magnifiques pour arriver!!!! »
    +1
    je suis pour l’éducation à l’accouchement afin que les femmes soient libres de devenir meres car je comprends la frustration des meres qui disent qu’elles ont raté la rencontre avec leur enfant à cause de la péri
    donnons une porte ouverte aux femmes et laissons les devenir meres comme elles elles le souhaitent et ALLAH sait mieux
    wassalam

  12. May · avril 19, 2013

    As salamou alayki!

    Moi aussi, je trouve que le manque de connaissances, d’informations et d’accompagnement pour des accouchements naturels est terrible… Et je pense comme toi que c’est un problème de société.

    Après la péridurale peut être une aide magnifique, je pense notamment au fait que grâce à elle des femmes peuvent être conscientes lors de la naissance de leur enfant par césarienne, lorsque c’est nécessaire…

    Je suis en tout cas d’accord avec toi : il est important d’informer les femmes de ce qu’elles sont réellement capables de faire. Quel dommage que l’on fasse passer la naissance pour un « mystère », quelque chose de dangereux et qui doit passer par les mains de professionnels… Quel dommage d’infantiliser autant les femmes, et même les couples, qui attendent un enfant…

    • Salwa · avril 19, 2013

      La péridurale peut être une AIDE nécessaire, oui, mille fois oui!
      En cas de PATHOLOGIE 😉
      Et là, je te rejoins entièrement, May ^^

  13. Éden · avril 19, 2013

    Salam, enceinte de mon premier enfant j’aimerais accoucher sans péridurale inchallah, le problème c’est qu’on ne sait pas à l’avance ce qui nous attends, je voulais accoucher dans un hôpital réputé pour son respect de la physiologie et des choix des mères malheureusement plus de place, reste plus que l’hôpital usine à bébés où je doute que les sages femmes puissent accompagner, encourager et soutenir une maman qui décide d’accoucher sans analgésie car faute de temps, d’effectifs. Je suppose que le mot « travail » prends tout son sens pour désigner l’accouchement et qu’on peut facilement craquer pour la facilité face à la douleur et la fatigue. Alors j’espère que Dieu swt m’apportera son aide et me donnera la force.

  14. Laurene Oum Aïssatou · avril 19, 2013

    Salam aleykoum Salwa. Je suis tout à fait d’accord avec toi, faire ce choix en amont par peur de la douleur et sans se renseigner sur le contenu de la seringue et toutes les conséquences sur le bébé et soi-même relève d’une certaine forme d’égoïsme, mais surtout d’inconscience. Moi-même, lorsque j’étais enceinte de mon premier enfant, je ne m’imaginais pas accoucher sans péridurale, et je ne me posais aucune question (de plus, étant athée à l’époque, je ne me posais pas de questions éthiques sur l’accouchement et la maternité). Il est vrai qu’alors je faisais entièrement confiance aux « blouses blanches » et au système.
    Soubhannallah finalement je n’ai pas « accouché », ni même connu les douleurs du travail, car j’ai subi une césarienne en urgence hors travail (et là, la rachi-anesthésie m’a permis de voir furtivement ma fille avant qu’on ne l’arrache sans explications / sans nécessité?). Au final, tout ça m’a permis de réfléchir et de me renseigner sur la périnatalité, al hamdulillah dorénavant je me sens beaucoup plus informée et sûre de moi! Les MM et tes blogs ont été déterminants dans ce processus, qu’Allah vous récompense pour tout ce que vous faites pour la communauté et surtout pour les femmes!
    P.S: je ne ressens moi non plus aucune agressivité ou volonté de culpabilisation dans ton article! 🙂

  15. Salwa · avril 19, 2013

    Merci à toutes pour vos réponses et ce débat passionnant.

    Article à polémique, oui, forcément quand on touche à ce domaine-là, avec des avis aussi divers que multiples…

    Encore une fois, cet article n’engage que moi, ma vision de l’accouchement, de la naissance. Mon idée que je me fais de ces premières secondes à la vie de notre don le plus précieux…

    Je ne cherche pas à culpabiliser celles qui ne pensent pas ou n’agissent pas comme moi, ce n’est pas là mon but…

    Une fois de plus, ce blog sert à me délester un peu de mes ressentis, mes émotions. Surtout celles que je contiens toute la journée 😉

    A celles qui comprennent ^.^

  16. alison · avril 19, 2013

    Oui, mal informée, je n’avais jamais pensé à la composition de cet anesthésie, ni même à toutes les autres ! Bon, pour mon second j’ai eu péri pour éviter les forceps, il y a des exceptions, mais très rares et dûe à une bonne prépa à l’accouchement…. et je valide : on fait peur aux mères, dans tous les domaines : vous n’êtes pas capables d’enfanter, vous n’êtes pas capable de nourrir au sein (il prend pas assez, le lait pas nourrissant, blablabla), vous ne savez pas le soigner, vous ne savez pas lui faire faire ses nuits, et le pire à mon sens car ce que je vis : vous ne savez pas l’éduquer (système scolaire).
    Merci pour cet article !

  17. khadija · avril 19, 2013

    Aller, ça fait longtemps que je n’ai pas laisser de commentaire.Mes accouchements sont déjà loins et j’ai eu une péri pour les trois pour autant je suis d’accord avec ton article. Il n’y a pas d’autre alternative parfois que la péridurale parce que le sages femme ne sont pas formées à aider les femmes à apprivoiser leur douleur et vivre leur accouchement.C’est la solution de faiclité, hop une piqure et on ne se prend pas la tête (ça facilite surtout le travail des médecins et sages femme pas celui de la maman..).Mais si on cherche à faire vivre à chaque femme SON accouchement alors ça demande du boulot, du temps, de l’écoute, un apprentissage…On veut tout faire trop vite et on ne prend plus le temps…
    J’ai bien compris que tu n’étais pas comtre la péri quand elle est nécéssaire mais c’est la manière de faire vivre l’accouchement qui te révolte.C’est marrant je te verrai bien Doula…

  18. Marilyne Mari · avril 20, 2013

    C’est possible, et je trouve ton article très censé. Mais… (y’a un mais) pour avoir choisi la péridurale les 3 fois, je dirais qu’elle ne fait pas qu’effacer la douleur physique. Nous ne sommes pas toutes en paix avec le corps. Il y a longtemps, les accouchements étaient chose publique, tout l’entourage participait, les mêmes femmes accouchaient toutes les mamans du coin. La société moderne a confidentialisé tout ça, même entre femmes on n’en parle plus, rares sont celles qui ont vraiment entendu parler d’accouchement ‘normalement’, cet a dire comme de quelque chose qui arrive a toutes. En général on n’en connait que les films passés en classe de 3ème avec des crétins qui gloussent au fond. Après, on parle sexualité mais pas de la conséquence naturelle :p sauf évidemment quand on est enceinte et que toutes les femmes se déchaînent a celle qui aura eu l’expérience la plus gore. Alors on arrive mal préparée, on stresse a mort, parce que les « cours d’accouchement sans douleur » c’est quand même un peu du foutage de figure (non sans rire… On m’a montré comment sortait le bébé avec un poupon… Oui certes, mais ça techniquement je peux le trouver sur internet!) et on est mal a l’aise le jour J, mal préparée, stressée et on sent bien qu’on a autre chose a gérer qu’une douleur que finalement on n’a pas appris a accepter, a gérer. Certainement oui, on peut accepter et utiliser cette douleur, je l’ai lu plein de fois. Mais pour ça il faut être a l’aise avec son corps, sa tête, la vie. Moi je suis pas a l’aise, alors j’ai subi puis choisi la péri pour être encore capable d’être sereine quand on me tend mon bébé et l’accueillir dans un état de nerfs acceptable. Je crois que cet bien plus qu’un confort, la péridurale.
    Et puis il y a aussi le facteur choix. Quand on a une conviction forte de ce qui est bon, je crois qu’il est possible de faire un vrai choix. Maison on doute, qu’on hésite, qu’on a du mal a se faire une opinion tranchée… là une fois au pied du mur en salle d’accouchement, on a le choix entre souffrir et ne pas souffrir et on a juste envie que ça s’arrête :/
    Aujourd’hui j’ai gagné en zen, mais je ne suis pas encore certaine d’être capable d’accepter de ne pas maîtriser le travail du corps. E je pense que dans notre société si ‘libérée’ mais finalement pleine de tabous, je ne dois pas être la seule a ressentir le besoin d’attenter les effets de ce mystère qu’est le travail d’accouchement…

    Merci pour cet article, j’aime lire les hadits qui font penser!

  19. Marilyne Mari · avril 20, 2013

    J’ajoute que comme disait quelqu’un plus haut, on n’est pas toutes égales face a la douleur. Pour le premier, je me tordais de douleur (vraiment!) a un de dilatation. Pour la troisième, a 6 je supportais encore très bien le travail. J’ai deux amies qui ont a peine eu plus mal que pour des règles lors de l’accouchement. J’imagine qu’on parle de quelque chose de hautement personnel et que certaines se sentent meurtries en lisant le mot « confort », mais je sais qu’il n’y a aucune intention de blesser dans tes mots 😉 Une très douce pensées pour celles qui ont souffert pour donner la vie!

    • Salwa · avril 20, 2013

      Merci pour tes commentaires pleins de nuances. C’est vrai que nous n’avons pas la même opinion. De part de nos vécus différents.
      La douleur était loin d’être minime pour mes accouchements. Mon premier accouchement a été une séance de torture, physique et psychologique. Je n’avais pas la possibilité de me tourner vers la péridurale. Et même si j’avais eu ce pseudo-choix (car je doute que ce soit un vrai choix, j’y reviendrai), je doute fort y avoir cédé.
      Parce que la peur des conséquences était toujours plus fort chez moi.
      Peur de ne pas savoir ce que j’étais prête à m’injecter pour ne plus souffrir. Et surtout, surtout : ce que j’allais refiler à mon bébé, alors qu’il n’était même pas né!
      Je fais attention pendant ma grossesse à ne pas prendre de médicaments, ou de substances nocives pour mon bébé, ce n’est pas pour lui envoyer une dose de morphine, l’endormir alors qu’il n’a rien demandé à personne : juste naître.

      C’est mon raisonnement une fois de plus.

      Pour le choix de la péridurale, c’est un choix biaisé à mon sens. Ce n’est pas un vrai choix, c’est un dilemme.

      On fait croire aux femmes qu’il faille « gérer » la douleur de l’accouchement. C’est en ça qu’elles seraient capables d’accoucher sans péri. Bah, je ne sais pas pour les autres , mais en tout cas, moi, je ne sais pas gérer ça.
      Alors, c’est peut-être mon côté instinctif qui se met en place à ce moment-là, je ne sais pas… Mais la douleur est si forte que c’est au contraire en ne gérant plus rien, que je le vis intensement.
      Je ne crois pas que la douleur se gère, car ça voudrait dire qu’elle s’intellectualise. Or l’accouchement n’a rien d’intellect.
      Et c’est là où on piège les femmes : « faudra gérer ta douleur, hein, t’es prête? »
      Ça veut dire quoi gérer?
      Ce sont les tabous d’aujourd’hui? Gérer = se contenir?
      Surtout ne pas montrer nos « faiblesses »?

      J’ai pleuré pendant mes trois accouchements tellement la douleur était là, j’ai cru que j’étais en train de mourir en donnant la vie de ma fille. Je hurlais qu’on me coupe le ventre à vif pour qu’on abrège mes douleurs. Je ne crois pas que ce soit des douleurs « de règles » à ce stade.
      Et pourtant, quand le bébé arrive, tout disparaît. Tout. La fatigue, les larmes, la douleur.

      Quand je lis « j’ai pris la péri pour avoir la force d’accueillir mon bébé » je me dis que c’est ne pas connaître l’accouchement sans péri! Parce que c’est l’inverse! (Je parle toujours d’un accouchement eutocique qui n’a pas duré 48h!)
      Les hormones de l’accouchement font que tu seras euphorique à la naissance et pas amorphe comme après une anesthésie… Et oui…

      Vrai choix sur de fausses informations? Buisness et confort du personnel médical, surtout! Enfantilisation de la femme, objet tant convoité…

      • Emilie Oum Kalthoum · avril 20, 2013

        Tout à fait d’accord sur ta réflexion de la gestion de la douleur.
        D’ailleurs, on voit bien dans le Coran que même Maryam (3aleyha ssalam), la meilleure des femmes, parle de la mort au moment de son accouchement. C’est ça la normalité !
        D’ailleurs, Allah ne nous fait pas souffrir pour rien : cette douleur a un sens, une raison !!!

        • Vervaine · avril 20, 2013

          Cela rejoint également les connaissances scientifiques actuelles: la majorité des femmes passent par une phase dite de « désespérance », où on se dit qu’on n’y arrivera jamais, qu’on va mourir, que c’est fini ou autre chose du même genre. Et il se trouve que c’est souvent juste après cette phase que le bébé sort…
          Cela je l’ai appris après mon accouchement, et j’aurais bien aimé le savoir avant ! (Cela aurait évité un peu de panique à mon Chéri quand je disais que « j’y arriverai jamais », que je voulais qu’on arrête tout, que je voulais plus de bébé et juste pouvoir dormir ! en pleine phase d’expulsion).

      • oumeden · avril 21, 2013

        Salam alaykoum hbiba, que de commentaires… Fallait s y attendre! 😉
        Comme tu le dis, juste après avoir donné naissance à Éden, environ 30min après ou plus, car perte de la notion du temps, Éden étant avec son papa dans la salle des soins, j ai voulu me lever les rejoindre car les qq minutes sans mon bebe paraissaient interminables, une aide soignante, m a dit, effarée  » mais madame, faut pas se lever comme ça, ça vaaaaaa? Et moi  » bah oui tout va bien pourquoiiiii???  » je pétais la forme! Autant qq heures auparavant, je me déplaçais difficilement avec mon bebe a l intérieur de moi, en mode taille de bourdon, autant la, je me voyais bien me faire la promenade des anglais! Lol

  20. sanaa iman · avril 20, 2013

    Assalam aleykhoum Salwa,

    Lectrice de l’ombre depuis quelques mois, j’avais envie de raconter ma vie aujourd’hui ! La trentaine, 3 enfants (4 ans, 2 ans et demi, et 6 mois), Française mariée à un Tunisien, convertie, pratiquante évidemment, mère au foyer depuis 4 ans… voilà pourquoi, je me retrouve dans bon nombre de tes écrits…

    Avant d’être mère, j’étais convaincue de 3 choses : accoucher sans péri, allaiter longuement et prendre un congé parental.
    J’ai eu 3 césariennes… La première : bébé en siège avec cordon autour du cou. La seconde : bébé en souffrances cardiaques à 8 mois de gestation = césa d’urgence. La troisième : 2 césas = 3.
    Résultat : jamais ressenti une contraction de ma vie. Quelle déception…

    Puis, seconde désillusion : l’allaitement. Ma première fille ne réussissait pas à têter, elle avait perdu tant de poids que les puéris l’ont nourri à la pipette… Ajoutez à cela un choc émotionnel violent – pour faire court, suite à une prise de sang, ils m’ont laissé croire pendant quelques heures qu’elle avait très peu de chances de vivre – la montée de lait ne s’est jamais faite… j’ai pleuré ses 15 premiers jours de vie à tirer mon lait toutes les 2 h sans résultat…J’ai dû renoncer pour ne plus me rendre malade…
    Pour mon fils et ma petite dernière, ce fut un allaitement mixte dès le départ (petits bébés, petits seins, mourir de faim … – merci les puéris 😦 grrrrr)

    Tout ceci pour dire ma chère Salwa que je te rejoins sur pleins de choses :
    – Les entraves faites à l’allaitement en milieu hospitalier.
    – L’hyper médicalisation et médicamentation d’actes aussi naturels que sont l’accouchement et la grossesse…

    Cependant, je dois bien avouer que sans les progrès et le suivi échographique régulier, ma fille et mon fils ne seraient pas là. Ce n’étaient pas des grossesses à risque, elles le sont devenues sans crier gare sur la fin. Sans ce suivi, mon aînée n’aurait pas survécu à l’accouchement ( sans échographie on n’aurait pas vu le cordon qui l’aurait mortellement gênée en siège et par voie basse) et mon second serait mort in utero…

    Voilà, AlhamdoulliLlah, mes enfants sont en bonne santé, et ce petit pincement au coeur dû aux césariennes et à ces allaitements mixtes, passe petit à petit, au fur et à mesure qu’ils grandissent… Ils sont là et rien n’est plus important que cela…

    BarakAllahufik chère soeur, à bientôt incha Allah!

  21. Pingback: Revue de presse du 20 avril 2013 - M.M Blog – Materner avec un grand Aime
  22. une maman anti peridurale · avril 22, 2013

    salam
    moi meme maman de 3 enfants et ayant accouche 3 fois sans peri (par choix) elhemdulillahi, dont un AAD,
    j’aimerai que tu en dises plus stp sur la composition de la peridurale ?? je n’y ai jamais pense tiens a ce cote la ?
    dc ca m’interresse inshaallah, pas pour moi … mais pr avertir mes amies par exemple
    merci d’avance

    • Salwa · avril 26, 2013

      C’est ce que je disais dans mon article on ne connait pas les composants, car chaque anesthésistes a son propre cocktail…

  23. aleksandra · mai 1, 2013

    Assalam Salwa,

    si je pouvais demander un article sur mesure je serais trop contente de lire tes petits conseils,astuces grossesse 🙂
    suppléments,vitamines oui/non et pleins d’autres… comment tu as géré tes grossesses mashallah?

    grand bisou et au plaisir de te lire inchAllah!

    aleksandra

    • Salwa · mai 1, 2013

      Salam alaykom.
      Tu es allée faire un tour sur le blog des MM?
      Par là-bas, on fait pas mal de posts avec ce genre de trucs et astuces 😉
      Bises

  24. aleksandra · mai 1, 2013

    blog mm je n’ai pas encore vérifié 🙂
    merci!

    Aleksandra

  25. aleksandra · mai 1, 2013

    j’ai cherché uniquement sur tes blogs;-) je n’ai pas pensé à chercher ailleurs, après avoir feuilleté tunisia mum j’ai compris que mm blog c’est materner avec un grand m 🙂

  26. soraya · octobre 11, 2013

    Salem aleykoum,
    J’ai pas lu (encore) tous les commentaires mais je voulais laisser ma petite histoire…
    Pour mon accouchement j’aurais voulu accoucher sans péri si je m’en sentais la force (maintenant ce « si » me parait idiot et traduit la lobotamisation faite par le corps médical). Au bout de 7-8h de gestion de la douleur (contractions dans le dos je tiens à préciser) je n’avais plus le soutien de mon homme, il s’était endormi. Et là la SG de garde me dit « il ne faut pas se laisser souffrir comme ça », alors je me suis laisser emporter par le courant et en moins de 2 péri posée et me voilà dans le monde des bisounours avec tremblements en prime. 10h plus tard ma mini voit le jour. El hamdouliLlah pas de séquelle physique vis à vis de la péri mais ces 10h ont juste été passivement horrible! J’étais dépossède de mon corps, droit à rien (pipi, caca, boire, manger, me lever.. Walou) résultat je n’ai pas accouché, on m’a accouché!! (Parlons pas de tous les touche-touche!) comme je sentais pas la douleur je ne me mettais pas dans les positions adéquates pendant ces 10h de travail, alors qu’avant c’était instinctif. Du coup la péri ne m’a pas épargné les forceps et la douleur qui va avec (oh mon Dieu! J’avais l’impression qu’on voulais créer une porte de garage!). Sans oublier les 2 bras engourdis pendant 2 jours, un par le tensiomètre, l’autre par la perph : dur dur de porter mini.
    Ma conclusion : ayant vécu un accouchement normal selon la définition de tout le monde (pour moi rien n’était normal puisque rien de naturel) « c’est comme ça que ça doit se passer » aujourd’hui pour mes futurs mini j’ai le luxe d’avoir le choix de dire non fermement avec ou sans soutien (faut dire que mon homme et plus pour on suit le mouvement, contrairement a moi qui suis en constant « jihad ») ma maternité m’a forgée!! Non à la péri, non au divers touche-touche, « je mange si jeux! Qu’est ce qui y’a t’as un problème?! », tampis si on dirait que je jouis lors des contractions etc etc etc.

  27. Amina · août 18, 2015

    Salam, magnifique article,j’arrive au terme de ma 2 e grossesse et malheureusement la peridurale sera une évidence…
    En effet,pour mon premier je n’en voulais pas mais ayant le bassin étroit celle ci a été nécessaire pour éviter la césarienne…hamdoulilah à faibles doses…

Laissez votre trace...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s