Accouchements, torture et déferlement sur la toile

Il y a peu de temps, un article est apparu sur le blog du Monde. Et cela a fait beaucoup, beaucoup de bruit. Le fameux article de « Marie« . Si tu n’as pas la force de le lire, je t’en tire deux mots : elle compare l’accouchement en milieu hospitalier avec des séances de tortures en milieu pénitencier… Autant dire, que ça a suffit pour faire réagir la populasse. HEIN, QUOI, COMMENT??? ON POUSSE LE BOUCHON, LA…

Et d’un autre côté, les acharnées du « tout-naturel » : « ouais, tous aux bûchers les médecins »…

Il y a d’abord, le ressenti de cette femme, qui assimile un accouchement à une succession de violences, de viols et de gestes malsains. Il y a au plus profond d’elle, ce dégoût, cette haine, cette souillure. Comment lui jeter la pierre, en pensant qu’on pousse la comparaison trop loin, quand on a eu le même ressenti? Comment expliquer autrement les faits actuels?

La différence, peut-être réside dans la tête des « tortionnaires » : les médecins le font par conviction de leur boulot (c’est comme ça qu’on fait, et point.), les bourreaux ont des idées bien plus vicieuses, bien sûr.

Maintenant, laisse-moi t’expliquer à quel point le personnel médical peut être malfaisants. Retour en arrière… A l’heure où tu n’avais pas d’argent, et tu étais obligée d’accoucher dans l’hôpital public de ton pays du Maghreb (et d’ailleurs…). « Obligée » reste relatif, quand tu es enceinte de ton premier et que tu ne connais rien à l’accouchement à domicile, comme 90% des primipares, et je dirais même 99% des primipares tunisiennes (ou autre, encore une fois).

Que raconter? Je n’ai pas été victime, mais témoin : de femmes se faisant gifler par les sage-femmes parce qu’elles criaient trop fort. Des femmes dont on se moquait, en riant grassement parce qu’elles perdaient les eaux sur elles (je vous laisse imaginer les boutades). Des femmes, prises comme cobaye (sans leurs avis, il va sans dire) devant une classe d’étudiantes SF, à qui on interdit de pousser (alors que la tête du bébé était en train de sortir) pour pouvoir faire son cour tranquillement. Et je ne te parle pas des mots que j’ai entendu, des insultes, des « y a 9 mois tu criais pas comme ça, hein, ça t’apprendra. »

Je ne suis pas en train de te dire : « te plains pas, ici, c’est de la rigolade, la vraie torture elle est là-bas. » Non, du tout. Tu me connais, je défends le droit des femmes à vivre dignement selon LEURS envies. Qu’elles veulent accoucher dans un hôpital, ou dans leur baignoire, là n’est pas la question. Nous avons TOUTES droit d’être considérée, peu importe les moments de nos vies.

Tu sais aussi à quel point la naissance est pour moi, importante. Ce sont les premières secondes, les premières bouffées d’oxygène qui ne seront plus jamais les mêmes : un nouvel être est arrivé sur Terre, Sobhan’Allah. Un être HUMAIN. Si fragile, si petit, mais qui a ce potentiel humain en lui. Et les droits de l’homme s’applique dès la première seconde. Une mère qui a été torturée, pour reprendre les termes de Marie que je trouve si juste, pendant son accouchement n’est pas des plus sereines pour récupérer son bébé et démarrer une nouvelle étape dans sa vie. Or, son bébé, lui a juste besoin d’une maman qui ne soit pas cassée. D’une maman qu’on n’a pas humilié. D’une maman qui a besoin d’être reconnue.

Je me pose les mêmes questions que Marie : pourquoi ne pas considérer les recommandations de l’OMS? Pourquoi continuer à faire accoucher les femmes sur le dos, les quatre fers en l’air en leur trifouillant leur intimité, avec plus ou moins de compassion ? Pourquoi rien ne change… ou si lentement?

Et là, pareil, je ne mets pas tout le monde dans le même panier. Non, parce que j’en connais des sage-femmes en milieu hospitalier qui ne veulent pas faire partie de ces tortionnaires et qui tentent, comme elles peuvent, d’être à l’écoute des mères (en élargissant le plus possible l’élastique -étroit- des protocoles hospitaliers). J’en ai entendu et lu des témoignages de naissances respectées et respectueuses au sein de maternité. HEUREUSEMENT.

Je me dis que tout n’est pas perdu, que c’est un début, que l’on commence doucement à considérer la mère et le nouveau-né.

Mais le combat est si immense. Au-delà des frontières, dans des pays où la vie ne vaut rien et la considération de l’autre encore moins… Ça fait froid dans le dos. Et ça fait trembler quand tu sais que ça se produit dans des pays qui sont par ailleurs réputés pour être « accueillants », « chaleureux ». Double face.

Pour une française, j’ai été « bien » traitée en comparaison aux autochtones qui ont accouché en même temps que moi. Quand je dis « bien » traitée, c’est-à-dire que je n’ai été (presque) pas insultée (sauf par la femme de ménage), que je n’ai pas été frappée. Même si on m’a mutilé, même si on m’a empêché de boire alors que j’étais asséchée et que l’équipe buvait devant moi, même si on m’a fait comprendre que j’étais incapable de m’occuper de mon fils, même si on m’a attaché sur un lit, même si on m’a laissé seule pendant des heures avec interdiction de faire entrer quiconque de familier dans la pièce… J’ai été mille fois mieux traitée que ma voisine de salle de torture d’accouchement.

Et là, je ne te parle même pas de suites de couche… Parce que c’est un cauchemars. Le seul truc positif des accouchements là-bas, c’est qu’en 24h, tu rentres chez toi. Tu oublies que tu n’es pas suivie pour les suites de couche, et que des mères qui meurent d’hémorragies, il y en a… et beaucoup. Mais ça… hein…

Publicités

14 commentaires

  1. noureliman · novembre 24, 2013

    Assalamû aleykûm, merci pour cet article..

    Oui on oublie trop vite ce que certaines endurent dans les autres pays, qui se disent « musulmans ». Tu as cité les bons exemples. D’ailleurs, pour témoignage, j’ai une membre de ma famille en Tunisie, à son accouchement, en travail, quand elle souffrait des contractions, et qu’elle criait, une sage femme est venue la gifler en lui disant « arrête de crier, y’a quelques mois quand t’écartais les cuisses tu souffrais pas »… wallahi que ça me choque ce genre de comportement ABJECT !! On reproche maintenant à la femme son rôle d’épouse?
    Sinon, pour être étudiante en médecine et avoir fait un stage en obstétrique pendant 2 mois entier, je trouve vraiment que les médecins cherchent le meilleur pour la maman. En tout cas, j’étais dans un centre hospitalier où on essayait vraiment d’écouter la mère, et ce qu’elle voulait pour son accouchement, sachant que notre but c’est que la mère et l’enfant soit en bonne santé. Après, peut être que l’aspect trop technique des choses fait que certaines mères préfèrent un coté plus naturel de l’accouchement. Mais franchement, les médecins en France & sage femmes, on peut leur reprocher ce qu’on veut, ils ont beaucoup plus d’humanité en eux que ces sauvages de soignants au bled… cherchez l’erreur pour des non croyants.
    Hônnetement, le seul truc que je reprocherais aux maternités actuelles, c’est de ne pas avoir de sage femmes tt le temps disponible pour t’aider à gérer la douleur de la contraction, et te soutenir si tu ne veux pas la péridurale, et surtout d’imposer un monitoring continu en étant allongé, ce qui est très très difficile pour gérer les contractions… moi ça été affreux pour moi en tout cas.

  2. Oumnohéïla · novembre 24, 2013

    Salam aleykoum ma soeur

    Premier commentaire que je poste sur ton blog machAllah, que j’ai plaisir à lire… je m’y retrouve bien souvent . Je me permets de répondre car je suis une de celle qui a été choquée par ce terme et par ses images et je voulais expliquer ma vision.
    Par parce que je fais partie du corps médical et que je me sentirai de quelque façon visée dans mes pratiques. Je suis pour un libre choix de l’accouchement, un éveil des consciences, un suivi des mamans .
    Je suis contre cet arbitraire des protocoles qui , bien souvent, sont invasifs et entravent la liberté de ces femmes d’accoucher naturellement. Je suis pour la douceur tout simplement :-).
    Mais je prêche une convertie là ^^.

    Je ne cherche pas à rallier à ma cause également , juste peut-être à faire comprendre ce que cela peut impliquer pour certaines femmes. Et je ne me targue pas de détenir une vérité.

    Je ne suis pas contre le sens figuré du terme « torture « , car, oui, des femmes se sentent suite à leur accouchement traumatisant, torturé , abusée , trompé et heureusement qu’il y a des femmes pour les accompagner dans ce cheminement.

    Mais je suis aussi contre ce terme dans le sens où l’utilise Marie, son sens le plus concret et le plus fort. Car il y a des femmes de part le monde qui sont torturée , mutilée dans les prisons? Torturée pour des valeurs, pour s’être opposer à des régimes en place, torturée pour être ce qu’elles sont.
    Et dans ces gêoles, elles n’en voient pas l’issus..

    Mon histoire est intimement lié à ses pratiques, ma mère étant Argentine, ancienne réfugiée politique… Il faudrait peut être demander à ses femmes ce qu’elles pensent de cela..

    Les mots ont des valeurs. On parle du poids des mots. Les mots ont des nuances, les mots ont des portée, des influences, les mots ont des conséquences…

    La nuance est là: Le souhait des hôpitaux, n’est pas d’instauré la crainte, la terreur.. Cela ne justifie pas leurs gestes, et ne soulagera pas des mamans tourmentées, évidemment, mais c’est une nuance qui a son importance. D’ailleurs tout est là.

    Même dans le droit , on fait des distinctions entre: abus, maltraitance, torture, acte de barbarie…
    Parce que oui, on ne peut pas user de termes comme bon nous semble.

    Je suis en parfaite accord avec la volonté de changer les choses, et alhammedou lillah comme tu le dis « Heureusement » que toutes les maternités ne sont pas si horrible

    Mais je l’avoue j’ai trouvé cela indécent.

    Changer les choses, mobiliser mais le mélange des genres, pour moi, n’est pas à sa place.

    • Salwa · novembre 24, 2013

      Salam ma sœur,

      Il est vrai que le mot torture est très fort et violent et remue beaucoup de choses au plus profond de l’être humain… Tellement c’est inhumain, justement.
      J’ai également trouvé que le sens exact de torture était trop violent pour un accouchement en France, par ce que tu expliques si bien d’ailleurs…

      La volonté des médecins n’est pas de faire avouer ou de torturer pour une jouissance sexuelle (du moins, j’ose l’espérer!).

      Mais je parle dans mon texte, des pays dans lesquels on accouché vraiment sous l’humiliation, les coups, les mutilations (mon épisiotomie a été faite à la lame de rasoir, j’ai été recousu trois heures après la naissance de mon fils, j’ai été infectée pendant 9 mois, je ne te parle pas de la douleur lors des rapports intimes et même ne serait-ce que de la miction… J’ai eu une vingtaine de points qu’on a recousu alors que l’anesthésie n’a jamais fait effet et on n’a jamais voulu m’entendre quand je hurlais à la mort de me réanesthésier…..)
      Il y a dans certains pays, une sorte de jouissance sur le pouvoir que l’on a sur une personne en état vulnérable… Que ce soit en prison ou à l’hôpital…

      • sanaa iman · novembre 24, 2013

        As salam aleykhoum,

        je suis atterrée…. j’étais loin de me douter de cette réalité et je ne verrais plus le pays de mon mari comme avant. Et je comprends mieux certaines choses, certains comportements à présent… « tu le fais et tu la fermes », célèbre devise dans la famille de mon mari!

        Wa salam…

      • Oumnohéïla · novembre 25, 2013

        Je reagissais oui surtout par rapport à l’article qui lui s’inscrit dans un contexte français…

        Ton article ouvre sur un monde dont les pratiques sont abjectes et dignes d’un autre temps…

      • Fajr Fajr · novembre 25, 2013

        Salam alaykoum wa rahmatullah

        Oukhty je suis comme toi, je vis à l’étranger et je suis convertie. Je trouve ta phrase très juste « Il y a dans certains pays, une sorte de jouissance sur le pouvoir que l’on a sur une personne en état vulnérable ».
        Je l’ai constaté moi aussi soubhanallah.

        Quand j’ai accouché, al hamdoulillah ce n’était pas dans un hôpital public, mais c’est un des moment de ma vie que j’ai le plus détesté. Non pas à cause de la douleur, mais à cause de l’humiliation et du comportement des gens.
        Déja on m’a plus ou moins « imposé » une cesarienne, et pour mes deux accouchements. Soit disant pour tout un tas de raisons….justifiées médicalement….mais en réalité simplement parce que c’est plus facile, plus rapide, plus pratique…et quand j’ai fait mine que ça ne me plaisait pas pour ma 2eme grossesse d’accoucher de cette manière, la gynéco m’a tellement fusillée du regard, que tu comprends qu’elle ne le fait pas que pour « ton bien être personnel »..

        J’ajoute que pour ma 1ere grossesse on ne m’a donné absolument aucun médicament anti douleur, suite a la césarienne. Il a fallut que j’en réclame après la 2eme, et on m’a fait comprendre que j’était en quelque sorte « chochote ».

        Ensuite aucun respect de l’intimité, des hommes qui rentrent et qui sortent, même sans frapper dans ta chambre (après l’accouchement) peu importe que tu sois à moitiée nue ou non.

        La nuit, après une cesarienne en général tu ne peux pas te lever, tu est obligé d’uriner dans un bassin, ce qui est déjà en soit assez dégradant…et bien absolument personne..je dit bien personne n’est venu m’aider!!! du corps médical hospitalier. Si ma belle mère n’avais pas passé la nuit avec moi j’aurait été entiermeent seule.
        Le lendemain, quand on est venu « m’aider » à me relever, je suis limite tombé dans les pommes à cause de la douleur, on m’a fait comprendre que j’était une nouvelle fois « chochote » et que j’avais le rétablissement bien long…
        soubhanallah, ce sont les points les plus ggros..mais je n ose pas imaginer ce qui serait arrivé si j avais accouché dans le public.

        Qu’Allah Ta’ala te récompense ma soeur amine et récompense toutes les femmes qqui accouche quelque soit les conditions amine et qu’Il Ta’ala nous rende notre dignité, celle que l’on a perdu ce jour la face à ses gens amine

        salam alaykoum wa rahmatullah

        • Salwa · novembre 25, 2013

          Salam Alaykom ma soeur

          Ton commentaire m’a provoqué des frissons, et pourtant des récits comme ça, j’en entends…
          Tu es dans quel pays??

          Je ne comprends pas QUI il faut alerter de ces pratiques pour que cela cesse…… 😥

          • Fajr Fajr · novembre 30, 2013

            Salam alaykoum wa rahmatullah

            Ma soeur, je ne sais pas si ta réponse s’adresse à mon témoignage, parce que je trouve ton témoignage (malheureusement) encore plus dur que le mien…inshallah kheir.

            Et une deuxieme question me vient à l’esprit, ne serais tu pas TM?(désolé moi je ne vais pas souvent sur le web, ou bien, depuis peu, alors je connais pas tout le monde ^^) parce que si c’est le cas, soubhanallah, peut être Allah Ta’ala a voulu que nous échangions, car je viens de laissé un commentaire sur la télévisons sur le blog au même nom (TM..). lol

            Pour répondre a tes questions, déjà qui alerter?…je n’en sais rien parce que je ne suis pas sur qu’une quelconque « alerte » ai des effets dans les endroits dont nous parlons. En tout cas….Dieu nous voit…et Il est Le Plus Juste parmi les justes/

            Pour ta 2eme question, je ne pourrai te répondre qu’en MP, si tu tiens vraiment à savoir. (je suis sur facebook au meme nom si tu veux )

            J’ajoute à cela, que suite a mon témoignage (le lendemain en faite), je me suis rendue chez ma voisine …il y avait une dame la bas qui l’aide a faire le ménage, parce qu’elle est unpeu agée. Cette femme en question, je lui ai demandé à 6 enfants (si je me rappelle bien) et qu’est ce qu’elle me dit, « j’ai accouchée que par des césariennes »….ensuite je demande a ma voisine, qui me dit que sa belle fille aussi a eu une césarienne…et la je me rappelle que la cousine de mon mari aussi…soubhanallah…je commence a réalisé que je ne connais pas une femme autour de moi qui a accouché autrement que par césarienne…

            Alors je m’assoie avec ma voisine et je lui raconte, mon témoignage, et le tien (sur ce blog), et elle me dit : Je vais te raconter une histoire qui est vrai. Ma meilleure amie a une fille qui était très belle, grande..etc (bref peu importe), elle était partie accouchée dans un hopital privée (donc en plus tu paie ). La bas, elle a commencé a perdre du sang, elle en parle à l ‘infirmière, qui lui dit « c est rien c’est rien » , « le medecin qui lui dit, pas de problème je connais mon travail..etc », puis elle perd toujours beaucoup de sang..pendant ce temps sa mere, dans le couloir voit des allées et venue dans la chambre de sa fille. Alors elle s’approche, on lui dit que c’est rien..etc elle s’approche unpeu plus, elle voit sa fille très mal, qui perd du sang..et la le medecin qui se met en face d’elle « JE VOUS AI DIT QUE C ETAIT RIEN »! SUite à ça, la mère s’évanouie, et sous prétexte que la clinique n’est pas « qualifiée » pour la prendre en charge on la transfert dans un autre hopital…bin oui c’est plus pratique d’éloigner la mère quand la fille est en train…quand elle reviendra a l’hopital, elle apprendra que sa fille est morte…et bien sur qu’on lui a fait aussi une césarienne (en tout cas dans ce cas ça a sauvé le bébé).

            Elle a essayé de se faire rendre justice mais elle n a eu aucun soutien…il y a sois disant des contrat qui lient les patients et les docteurs, qui disent que s il se passe quelque chose on ne peu pas les attaquer…

            Voila comme quoi le privée traite les gens comme une entreprise qui gère du bétail (bin oui parce que de nos jour le bétail n est pas bien traité non plus…)

            Salam alaykoum wa rahmatullah

        • islamie · novembre 27, 2013

          selem
          ils font des césariennes en « privé » parce que ça leur rapporte plus! et ils inventent aussi des maladies (ça leur arrive « là-bas ») pour là aussi faire plus de sous, là-bas que ce soit public ou privé, c’est pareil au niveau horreur, les femmes sont traitées comme du bétail!!mon mari m’a raconté à peu près les mêmes anecdotes que les vôtres sobbhanala, réflexions, césarienne soit-disant nécessaire, gifles, ça craint là-bas:(
          wassalam

  3. enajmah · novembre 25, 2013

    Merci

  4. islamie · novembre 25, 2013

    selem
    mon mari, quand je me plaignais de mon « traitement » à l’hôpital lors de mes accouchements, me parlait également de la façon dont les femmes accouchaient au « bled », en ALgérie, à l’hôpital public, dans le privé ils sont encore plus vicieux ( pleins de femmes avec des césariennes pour se faire plus de sous), mais n’empêche je crois que les femmes n’ont pas leur place, sauf en cas de DANGER, à l’hôpital pour accoucher, soit à la maison, soit en maison de naissance….Accoucher n’est pas une maladie, sauf si danger il y a, je crois que tout le système de la maternité à l’hosto est à revoir….
    wassalam

    • Salwa · novembre 25, 2013

      Je suis partiellement d’accord avec toi.
      Oui, il y a toujours pire ailleurs mais cette phrase est terrible en soi… Ça voudrait dire qu’on ne cherche pas à améliorer nos conditions…
      Même si ça fait relativiser…

      Sinon, pour ce qui est des accouchements à l’hôpital je ne suis pas d’accord dans le sens où certaines femmes même sans grossesse pathologique même sans accouchement problématique, se sentent mieux à l’hôpital.
      Oui, les AAD devraient être légalisés mais pas rendu obligatoire si ce n’est pas une grossesse patho!

      Actuellement, on se bat pour le libre choix du lieu d’accouchement : maison, maison de naissance, hôpital…

      Il n’y a pas UN lieu idéal…
      Il y a celui qui convient le mieux à la mère. Et celui-ci se doit être le plus respectueux pour la mère, l’enfant, et le père (et éventuellement la fratrie…)

  5. Malinah · novembre 25, 2013

    salam aleiki okhti ,
    je n’ai pas encore accouché mais ton article trouvé écho en moi
    d’une part j’ai effectivement lu le fameux article de marie et même si je comprend son ressentie , j’ai trouvé le terme torture beaucoup trop fort , car j’ia aussi pensé qu’ailleurs le terme torture à tout son sens mais que dans son cas à elle non .
    je suis choquée de l’accouchement que tu as vécu , et je comprend d’avantage le combat que tu mène pour un libre choix de naissance .
    Ton article je le trouve beaucoup plus juste que l’article de marie qui à mon sens est allé loin dans le terme.
    personnellement j’aurais souhaité accouché en plateau technique , ou maison de naissance si il y en avait eu par chez moi , mais malheuresement chez moi je n’ai pas ce choix là et pour des raisons personnelles je ne pourraient pas accoucher à la maison.
    et c’est là que j’apprécie vraiment ta mesure , car tu es pour accoucher à la maison pour ton cas à toi mais tu ne blâme pas les autres et tu comprend aisément que beaucoup de femmes se sentent mieux en maternité .
    Et c’est ça la liberté de choix de donner la vie, accoucher comme on le souhaite.
    Je ne suis pas encore prête d’accoucher mais j’appréhende déjà d’être surmédicalisé , que l’on m’impose des choses que je ne souhaite pas.
    pour en revenir au corps médical, al hamdoulilah il existe quand même des personnes ouverte , j’ai pu trouver une gynéco ouverte sur mes choix et qui m’écoute au mieux .
    Je verrais si elle tient parole jusqu’au bout.

    Pour résumé il est dommage de constater qu’il n’y a pas de demi mesure , de libre choix …
    certes la médecine est un bienfait surtout dans le cas des grossesses pathologique, accouchement diffiicile, bébé en difficulté , mais dommage qu’on accepte pas les choix de chacune, et qu’on doit se confronter à des choses que l’on ne veut pas

  6. L'orientale · novembre 30, 2013

    Oui ça commence à bouger, j’ai accouché dans une maternité public dans une salle « nature », sans péridurale, à 4 pattes et j’ai pu être la première personne à attraper ma petite pour la serrer fort contre moi en peau à peau, et pour démarrer l’allaitement en toute sérénité.
    Merci à la sage femme qui m’a accompagnée ce jour là!

Laissez votre trace...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s