Illumination.

Comment j’en suis arrivée là? Les demandes sont multiples, et ceux qui les posent le font pour différentes raisons. Certaines personnes sont juste curieuses. D’autres, effarées. Pour d’autres encore, c’est chercher à me (nous) comprendre. Que raconter? Qu’expliquer?

Je pourrai raconter ma conversion en faits plats. Voilà, ça c’est passé comme ça, comme ça, comme ça. Point. C’est tout. Au revoir.

Je pourrai aussi faire une vidéo, comme il y en a des tonnes sur Youtube, même si elles font pleurer les gens qui ont la foi, les autres peuvent-ils réellement comprendre?

Qu’est-ce qui fait de nous, que nous venons, ou revenons vers notre religion. Et puis, pourquoi la lumière serait mise sur moi, d’abord? Sur moi, ou sur toutes les personnes qui sont nées si loin de cette religion et qui y (re)viennent? Pourquoi ne pas mettre les projecteurs sur les personnes qui sont nées en terre ou en famille « islamique », mais n’ont pas reçu d’éducation religieuse, et qui ont aujourd’hui le comportement de ce qu’on attend d’un musulman? Et finalement : tout ça revient au même. Que tu sois née à Paris ou à Alger. Que ton nom de famille soit « à consonance » ou « bien de chez nous »… Il n’y a pas d’explication à donner à ta (re)conversion.

Pourtant, les questions fusent… Les esprits s’entrechoquent. On ne comprend pas. On ne comprend pas cet « acharnement » à (re)devenir musulman.

Il y a un truc qu’on ne peut pas expliquer… Ça se passe au niveau de ta poitrine. Et c’est physique. C’est un truc que tu ressens à l’intérieur, mais qu’on ne peut pas expliquer. L’expression « ouvrir son coeur »… Pour moi, c’est une expression qui prend tout son sens quand j’ai découvert l’Islam. J’ai vraiment « ouvert » mon coeur à l’Islam. Ou bien est-ce mon coeur qui s’est ouvert à l’Islam? Je ne sais pas comment cela s’est produit, mais je l’ai senti à l’intérieur de moi. Il suffisait que l’on me parle d’Islam, de musulman, de ramadan, etc… pour que je ressente ce phénomène. J’avais 12 ans. Ne me demande pas  ce qui a provoqué cela. Je n’en sais rien. Ou plutôt si, je le sais… C’est Dieu. Mais, ne me demande pas de t’expliquer plus que cela si tu ne crois pas, je n’ai pas de vocabulaire assez large.

Quand quelque chose te procure du bien, humainement, tu te rapproches de ce qui te fait du bien et tu t’éloignes de ce qui te fait du mal. Réaction humaine universelle, je présume. J’ose espérer… Ou alors, des hommes auraient perdu la tête. Consciemment, tu cherches les endroits où tu te sens bien. L’inconscient, c’est un autre domaine… Mais, quand tu as faim : tu cherches de la nourriture pour ne plus sentir la faim. Quand tu as froid, tu mets un pull ou tu augmentes le chauffage. Quand ton coeur s’émerveille aux mots et aux sons, tu les écoutes encore.

Voilà, ce qui s’est vraiment passé pour moi. C’est d’abord ça. Et, cela me fait penser à un autre phénomène. Je le dis souvent à travers ce blog, j’ai une « âme instinctive ». Je suis mon coeur plus que ma raison, toujours. Je suis mon coeur, et ensuite je comprends pourquoi j’agis dans ce sens… Finalement, comme beaucoup de créatures terrestres… Enormément. Cette « foi » surprenante qui m’a faite « marcher » vers ce qui me rendait bien, cela me rappelle toutes ces espèces animales qui migrent vers ce qui leur convient le mieux…

Cet instinct qui ne me lâche pas. Oui, si je suis musulmane, c’est d’abord parce qu’instinctivement je m’y sens en sécurité.

Après, le reste suit son cours. Quand j’ai ouvert le Coran et que j’y ai découvert tellement de miracles scientifiques, je savais que mon coeur ne m’avait pas trahi, une fois de plus. Je n’étais pas « étonnée » de ce que j’y lisais, étant donné que j’étais convaincue bien avant de le connaitre, ce Livre Divin. Au fil des pages, les mots prenaient leur sens. Les histoires étaient compréhensibles, et les Signes plus que perceptibles. Pour moi. Et pour d’autres. Mais pas pour tous. Je repense souvent à Platon, et son histoire de caverne : de ces hommes aveugles, qui peu à peu, perçoivent les objets, et les choses…

J’ai eu la chance d’être parmi ceux et celles dont Dieu a levé le voile de leurs coeurs, pour les laisser s’emplir de cette illumination sans fin. De ce bonheur d’être musulmane. De ce plaisir infini d’être en sécurité. WalHamdoulilleh…

Comment expliquer autrement ma conversion à ma famille, à mes amies, à ceux qui ne comprennent pas… ??? Je ne sais pas. C’est trop fort pour être expliqué…

(Une énorme pensée à ma Ptite Rim…)

Publicités

7 commentaires

  1. soraya · janvier 6, 2014

    Allahu Akbar! Magnifiquement bien écrit… ta plume me touche, d’autant plus qu’elle me tourne vers mon Seigneur. Elle me Le rappelle et Il sait que j’en ai besoin.. encore une fois je t’aime en Allah azzawajal!

  2. sanaa iman · janvier 6, 2014

    J’ai su, j’ai lu et j’ai cru.

    Al hamdoulillah….

  3. sorcieredulogis · janvier 6, 2014

    J’ai trouvé ça très joli comme expression « ouvrir le coeur ». ça a fait résonner quelque chose pour moi. De mon coté, j’appelle ça « ressentir la présence du saint esprit ». Comme tu dis, il y a quelque chose de presque physique, qui nous dit que c’est vrai. Ma soeur d’ailleurs a parlé d’un truc comme ça. Elle a parlé de Dieu avec une musulmane. Elle a dit que c’était quelque chose de très fort qui la reliait à elle, de croire en un Dieu qui nous aimait, qu’elle avait ressenti littéralement, physiquement, que ce dont elle parlaient était vrai.
    Je l’a senti de différentes manières. Parfois c’est comme l’impression de voir, d’avoir les yeux ouverts (une fille en en parlant une fois a fait le geste d’ouvrir son champ de vision en disant que « son intelligence s’est ouvert », c’était tellement ça). Comme le sentiment de comprendre plus vite, différemment et mieux. Comme un sentiment de sécurité intense, d’amour inconditionnel.
    C’est des choses qu’on évoque entre croyants. Je suis contente de lire une musulmane en parler. Non pas que j’imagine que c’est pas courant chez vous, mais on évoque rarement ces moments devant les gens qui pourraient ne pas comprendre : les non-croyants et les gens des autres religions.

  4. Morgane · janvier 6, 2014

    🙂 ♡ c’est tellement ça! Indescriptible!

  5. penseesdunemusulmane · janvier 7, 2014

    J’aimerais bien fonctionner un peu plus à l’instinct parfois, ça me faciliterait la vie ;).

  6. Aïcha · janvier 10, 2014

    Salamoualeikoum
    Comme Morgane, j’ai pensé « c’est tellement ça ». On me pose aussi souvent la question de ma conversion mais j’avoue que je n’aime pas en parler parce-que j’ai toujours l’impression de me justifier. J’ai « commis l’erreur » de me convertir après m’être mariée donc je l’ai forcément fait pour mon mari. Le cliché de la convertie qui va jeter son voile et s’acheter du jambon si elle divorce de son mari arabe. De plus, mon cheminement est peu conventionnel donc encore plus incompréhensible. AlHamdoulIllah

    • Salwa (Lucille) · janvier 11, 2014

      Salam Alaykom, ton commentaire me touche… Aucune justification n’a à être donnée… Quand tu fais les choses avec ton coeur et tes tripes, tu sais que c’est le bon chemin, alors se justifier…? Pourquoi donc?
      On trouvera toujours des personnes qui seront d’accord avec nous, et des gens qui sont en désaccord…
      La conversion, qu’elle qu’en a été le point de départ, est de toute manière une bonne chose pour toi, puisque tu l’as sentie et tu l’as fait.

      Bonne continuation, ma soeur ❤

Laissez votre trace...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s