Donne ta main…

main

Donne ta main, tu es mon destin. Donne ta main, tu es un peu à moi. Donne ta main, marche à mes côtés. Donne ta main, mets tes ailes. Grandis.

Donne ta main. Pose la dans la mienne, et vois, vois les différences. Mon fils, mon fils, ma fille. Tu n’es pas moi. Tu n’es pas à moi. Tu es mon destin. Tu es mon protégé. Tu es ma protégée. Quel est mon rôle…?

Donne ta main, petit être fragile, né d’amour, de lumière, d’espoir. Donne ta main pour grandir. Donne ta main pour t’affirmer. Donne ta main pour rire. Donne ta main pour pleurer.

Donne ta main. Pose la dans la mienne, et vois, vois les différences. Mon fils, mon fils, ma fille. Ta main n’est pas la mienne, les lignes ne se rejoignent pas. Je suis là pour toi, mais tu n’es pas à moi… et je ne suis pas à toi. Et nous sommes intrinsèquement liés. Et mon rôle est là…

Celui de marcher derrière toi, de te rattraper par la taille lorsque tu trébuches, de panser tes plaies, de couvrir tes joues de baisers.

De quoi vis-tu, petit être mystérieux. Si différent de moi, et pourtant tellement ressemblant. Quand je te vois, je me revois. J’ai des impressions d’années-lumières en arrières. Je me revois, et je te regarde… Quel sentiment étrange. Tu n’es pas moi, et je ne suis pas toi.

Donne ta main, pour qu’elle reste dans la mienne, le temps qu’il faudra pour que tu déploies tes ailes. Ma main toujours ouverte, quand tu auras besoin de la reposer, pour te sentir rassurée. Donne ta main… Un jour tu partiras. Un jour je partirai. Un jour, si loin… Ou si proche.

Et quand je vois le temps que j’ai parcouru pour t’avoir au creux de moi… Trop court ou trop long, le temps est trompeur, et tu es déjà là. Ta main dans ma main, à faire tes premiers pas. Ta main dans ma main à chercher le sommeil du soir. Ta main dans ma main pour se réchauffer le matin, sur le chemin de l’école.

Petite main… Empreinte de la vie, du temps qui passe. Comment n’ai-ja pas compris plus tôt? Tu n’es qu’un enfant… Tu es voué à grandir… Donne ta main, même quand tu t’envoles. Je la garderai contre mon coeur. Tu n’es pas à moi. Je ne suis pas à toi. Mais nous sommes liés à vie.

A toi, Abd Allah, à toi Elyess, à toi Meryem… Vous êtes arrivés dans notre foyer, et notre mission est de vous préserver. Que Dieu vous protège et vous comble de bonheur, mes trésors…

Publicités

Un commentaire

  1. Mahdiya · janvier 13, 2014

    Sublime !

Laissez votre trace...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s