Aussi simple que ça…

PointAfrique-Tchad-Ennedi-500pxJe ne regarde pas souvent la télé, ou du moins, avec attention, dirons-nous, mais il y a une émission que j’aime particulièrement. Des personnalités françaises qui partent pour une destination dont ils ne savent rien, et vont vivre pendant deux semaines, ailleurs, différemment, sans leur repère habituel.

« Rendez-vous en terre inconnue » a donc amené Sylvie Testud au coeur du Sahara, avec les nomades tchadiens, les « Gorane ». (Clique ICI pour un résumé de l’émission…)

Toi, tu ne le sais peut-être pas, mais la vie nomade me parle énormément depuis petite. Ce n’est pas faute d’avoir déménagé une trentaine de fois (en trente ans de vie), quasiment. D’avoir découvert d’autres pays pendant plusieurs mois ou plusieurs pays, sans forcément de grandes craintes. Peut-être, peut-être bien que du sang nomade coule dans nos veines… je ne sais pas.

Gamine, ma mère m’a amené voir un film-documentaire au cinéma, qui s’appelait Imuhar et qui m’avait fortement impressionné du haut de mes 12 ans. Un sentiment de liberté, de vie différente, de repenser le monde et les relations humaines autrement.

Alors, forcément, hier, j’ai complètement accroché à l’émission. Pas seulement pour la simplicité des Gorane et leur vie complètement chronométrée différemment des nôtres, avec des valeurs comme l’argent, qui ne les pourrit même pas, puisqu’il n’y en a pas… Mais pour leur capacité à s’écouter.

Voilà ce qu’est vivre : s’écouter. Suivre son instinct. Respecter la nature qui t’entoure, les animaux qui t’abreuvent et te nourrissent.

Plusieurs passages m’ont particulièrement marquée… Tout d’abord, le dialogue entre Sylvie, la française, pétrie de ses idéaux occidentaux malgré elle et une nomade tchadienne (dont j’ai oublié le prénom, qu’elle me pardonne, même si elle ne lira jamais ses lignes), au sujet de l’enfantement, et du maternage. La stupéfaction de la française, apprenant que cette femme allait accoucher au milieu du désert (mais où aurait-elle pu aller, sinon ?), seule, sans aucune aide. Comme elle l’a fait pour ses trois aînés. C’est avec ce dialogue qu’une évidence m’a sautée aux yeux… pour une personne lambda, en France, il est communément acquis qu’accoucher est dangereux. Ce qui ne l’était (et ne l’est toujours pas) à mes yeux. Ce qui ne l’est pas aux yeux de beaucoup de peuples surtout nomades. Mais, ici, en France, où même les conditions de vie sont simples, plutôt saines, aseptisés, surveillées… on a tendance à croire que c’est dangereux.
Je me rends compte de la puissance du bourrage du crâne médico-médiatique… Je le savais déjà, mais je ne pensais pas que ça prenait une telle ampleur.

Cette histoire me rappelle l’expérience qu’a vécu la sage-femme qui m’accompagnait lors de ma précédente grossesse (et accouchement à la maison), quand elle était encore sage-femme à Mayotte. Elle m’a raconté cette histoire, juste après la naissance de ma fille, avec tellement d’émotion, et les larmes dans les yeux. L’histoire d’une très jeune maman (peut-être 16 ans) qui a mis au monde un bébé mort-né. Ma sage-femme était dans tous ses états en tentant de réanimer le nouveau-né… mais rien à faire. C’est la jeune mère elle-même qui a « réconforté » la sage-femme, en lui disant d’accepter le décret de Dieu.

Pensez-vous que cette femme, dans le désert tchadien, a connaissance des termes effrayants comme « dystocie des épaules » ou « procidence du cordon » ? Je ne le pense pas. Pensez-vous donc qu’elle soucie, alors de ce genre de choses « qui pourraient peut-être arriver » ? A mon avis, pas le moins du monde. C’est d’ailleurs, à mon humble avis, pour cette raison que tout se passe bien la plupart du temps. Pour le reste, il est plus simple de s’en remettre à Dieu que de flipper. Il y a des choses qu’on ne contrôle pas. Le Destin. Un bébé destiné à mourir, mourra. Hôpital ou pas hôpital. Grand médecin ou marabout du coin. Avec quinze personnes dans la chambre ou seul. Le Destin ne se contrôlera jamais.

Après le dialogue sur l’accouchement, qui s’est conclu par une réplique de la nomade demandant à la française, si les personnes l’ayant entouré lors de son accouchement ne se sont pas moqués d’elle (parce qu’il semblait inconcevable qu’une femme ait besoin d’une aide pour accoucher… raisonnement que je suis particulièrement, par ailleurs…). Sylvie a eu l’air d’avoir un flash… de comprendre quelque chose qui semblait lui échapper jusque là… car elle a embrayé la discussion en disant : « Mais tu sais, en France, ça va te paraître bizarre, mais quand je vais travailler, je laisse mes enfants loin de moi. Quelqu’un les garde à ma place et je ne les vois que le soir. »
Forcément, yeux écarquillés, interrogations dans le cerveau de la maman tchadienne… « Pourquoi ne pas les garder contre toi ? » et Sylvie de répondre : « En France, je ne peux pas ramener mes enfants avec moi au travail, on se moquerait de moi, c’est interdit. »

Là encore, on peut ressentir le poids de la société occidentale. Je ne pense pas qu’il y ait des textes de loi qui interdisent vraiment d’amener ses enfants (surtout nourrissons) sur son lieu de travail. Mais cela ne viendrait pas à l’idée d’une prof, ou autre… (Ou alors, elles n’ont jamais osé). Non, en France, tu dois faire un choix : si tu veux rester avec tes enfants, tu ne bosses pas. Si tu veux/dois bosser, tu t’en sépares, point. Chez les nomades, les femmes travaillent (et pour cause ! Il faut faire chauffer la marmite ! Tout le monde travaille… Hommes, femmes, enfants !), mais hors de questions de laisser les bébés éloignés. Quelles idées on a pu inculquer à la femme française. Sous prétexte d’égalité des sexes… Quelle belle bêtise. Comment expliquer aux femmes qui se sont battues pour cette égalité, que nous ne serons jamais égales… Nous sommes tellement différentes. Ce qui ne veut pas dire que l’homme est au-dessus… Pas du tout. Mais si on reconnaissait que chaque sexe avait des complémentarités, et fonctionnaient jusque là, très bien, avec chacun à sa tâche… je crois que la société ne s’en porterait que mieux…

Plus tard, dans le reportage, une scène qui m’a émue également : la traite (respectueuse, cela va de soi) des chamelles, au petit matin. Ce sont les hommes qui s’en occupent (chacun son boulot, on a dit). Il a d’abord laissé le chamelon téter, puis a trait la chamelle en expliquant : « il faut se dépêcher de traire, car si elle est trop stressée, elle ne donne plus de lait. »
Je suis restée comme deux ronds de flancs devant mon écran… Comment, un homme au milieu du désert, très probablement illettré (les gamins ne vont pas à l’école), avait-il ce savoir sur la lactation ? Alors, que ce sont des choses que je n’ai découverte qu’avec ma formation sur l’allaitement (et même pas après avoir moi-même allaité très longtemps mes 3 enfants…). Oui, le stress bloque l’hormone d’éjection du lait. Mais je l’ai su dans des bouquins, en me renseignant, en me formant. Voilà le genre de savoir qui s’apprend au contact de la nature, en écoutant la nature, en suivant les instincts, les animaux… Pas besoin de grands discours, pas besoin de grandes études…

Bref, tu l’auras compris… Cette émission d’hier m’a impressionnée… Non pas car elle m’a forcé à voir les choses autrement, mais justement parce que ces personnes-là, j’ai toujours eu envie de vivre comme eux. Et qu’à ma manière, je le fais… (Parce qu’il me serait sûrement impossible de me couper du monde, de mon ordinateur, de mes petits plaisirs égoïstes et de ma paresse…) Mais suivre son instinct, toujours. Pour l’amour, pour la vie, pour la paix.

Ces personnes, sans connaître les horreurs du monde qui les entoure, ne se souciant que de trouver de l’eau pour abreuver leur bétail, et de la nourriture, vivent sereinement… loin des tracas.

Publicités

6 commentaires

  1. enajmah · juillet 30

    Asalamu alaikum ma soeur. Ah! Alhamdulelah. Heureusement que tu as repris la plume! Ton texte me fait reflechir et me donne envie de voyager. Qu’Allah te recompense. Wa salam

  2. emilieoumkalthoum · juillet 31

    Assalam aleykom
    Merci pour cet article !
    La femme nomade s’appelle Kaltouma 🙂
    Par contre, j’ai cherché l’émission sur youtube et je la trouve pas ! Si tu la trouves fais-moi signe, car juste ton article et la bande-annonce m’ont donné envie ^^

    • Salwa · juillet 31

      Salam ma jolie. Il y est encore en Replay jusque mardi. Sur le site de france2 Replay 😉
      Même mes enfants ont adoré.

      • emilieoumkalthoum · août 1

        Merci beaucoup Salwa !!! Baraka Llaho fiki.
        Je l’ai regardé hier soir avec ma Kalthoum.
        C’est vraiment magnifique ma sha Allah : les paysages, les gens. C’est un rêve pour moi !
        Et ça fait tellement réfléchir ! Sur la futilité de nos vies, sur les choses réellement importantes, sur la relativité des points de vue, etc.
        Vraiment, ça m’a retournée. Je me sens tellement matérialiste à côté d’eux ! Et pourtant Dieu sait que je le suis beaucoup moins que la plupart des gens de mon entourage !
        Et franchement je suis impressionnée par Sylvie Testut. Elle est vraiment très simple et très tolérante, réellement ouverte et compréhensive. Ce qui m’a marquée, c’est comme toi le passage sur l’accouchement, mais aussi celui où Kaltouma raconte comment s’est passé son mariage. J’avoue que même moi sur le coup je me suis dit que c’était un peu barbare comme façon de faire. Mais Sylvie Testut a eu des mots tellement justes et tellement pas jugeant. Vraiment c’est une grande dame.
        Et les Goranes, ils sont tellement beaux ! C’est hallucinant de voir qu’ils sourient tout le temps ! Et quelle noblesse, quelle pudeur, quelle grandeur se dégagent de ces gens pourtant si simples !
        Je pourrais en parler des heures !
        Je finis par une réflexion sur la simplicité du bonheur d’un des hommes goranes (en gros, c’est pas du mot à mot) : « Vous êtes nos invités, vous vous plaisez bien chez nous, vous jouez avec nos enfants… Si ça ça ne me rend pas joyeux alors qu’est-ce qui pourrait me rendre heureux ? »

        • dzmaman · août 2

          merci pour cette article en te lisant sa m’a donne envie de regarder l’emission je file sur france 2 replay
          bisou

  3. Ikram · août 1

    Assalam alaykum wa rahmatu Llah wa barakatu )) ma sha Allah le bonheur de trouve dans les choses simple …

Laissez votre trace...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s