Famille nombreuse ?

Je me souviens d’une discussion avec une amie, maman de cinq beaux garçons. Elle était chez moi, avec ses cinq enfants, le dernier encore au sein. Mes trois miens, à l’époque, avec ma dernière qui tétait aussi.
Je me souviens de ses paroles et m’en souviendrai certainement jusqu’au dernier jour de ma vie… Je lui avais dit que j’aimais les familles nombreuses comme la sienne. Elle m’avait répondu : « Ah bon ? Tu trouves que c’est une famille nombreuse ? En fait, quand tu es dedans, tu ne t’en rends pas compte. »

Quelques années plus tard, avec mon dernier né, mes trois aînés, nous montons dans l’ascenseur de notre immeuble. Et quand nous y entrons plus, malheureusement, plus personne ne peut y rentrer. « Quelle belle famille nombreuse » m’a-t’on dit. J’ai regardé le vieil homme, interloquée… Nombreuse ? Vraiment ? Je ne m’en rends pas compte. Sauf quand je décide une sortie en voiture avec des amis de mes enfants… là, ça coince. Mais sinon… de l’intérieur, je ne vois pas ce nombre.

Je vois des enfants, je vois un bébé. Je vois une famille. Mais pas nombreuse.

Je me souviens avec amusement, le regard des vieilles femmes en Corée, alors que nous allions au cours de Taek Won Do des enfants… Bien souvent, sur le trajet qui était assez long à pied, je portais ma fille sur mon dos ; les garçons couraient devant… et les vieilles dames, me regardaient mi-étonnées, mi-amusées en me faisant comprendre que 3 enfants, WaW c’est exceptionnel. Là-bas, les couples ont, très généralement, deux enfants. Voire un seul.

La notion de famille n’est pas la même… En discutant avec mon amie coréenne, je me suis rendue compte à quel point les avantages sociaux de la France étaient nombreux. Là-bas, avoir un enfant est calculé en termes de dépense depuis sa naissance, jusqu’à ce qu’il travaille… Avec école payante, cours particuliers, et leçons de musique à la clé. Dans une société où il ne suffit pas seulement de réussir sa vie, mais d’être le meilleur… Cela est désolant… Ils aiment leurs enfants, ne pas les aimer seraient une hérésie. Ils les aiment tellement, qu’ils se saignent pour leur offrir le meilleur. Mais je crois qu’ils en ont oublié ce qu’est l’amour au naturel, partager sans gadget, s’aimer sans argent.

J’ai épousé mon mari, en imaginant vivre d’amour et d’eau fraîche. On s’est moqué de moi… et pourtant, notre foi et notre amour a changé les rivières d’eau fraîche en champs d’aisance. El Hamdoulilleh.

On me dit de ne plus faire d’enfants après celui-ci. Que les enfants coûtent de l’argent. Qu’il faut être riche pour élever des enfants. Je n’y crois pas. Je n’y ai jamais cru. L’amour n’a pas de prix…

Publicités

9 commentaires

  1. Khadija · janvier 18

    Salam alaykoum oukhty. Effectivement les perceptions sont très relatives. Qu’Allah nous guide pour donner le meilleur amour à nos enfants. Lui Seul attribue à qui Il veut et facilite qui Il veut.. La venue d’une nouvelle naissance n’est jamais une évidence. Al hamduliLlah

  2. enajmah · janvier 18

    Asalamu alaikum wa ramatullahi wa barakatuh Habeebti, c’est peut-être là l’article que tu as écris que je préfère Mashallah.

    J’ai une amie coréenne, rencontrée à Vancouver, qui me disait la même chose quant à la notion de famille là-bas (idem, un frère seulement).

    Mais j’ai l’impression que cette notion fait son chemin en France (malheureusement). J’attends mon deuxième enfant et je sais que si Allah me donne d’autres enfants après celui-ci, in’sha’Allah, il y aura beaucoup de haussements de sourcils. Les fameux: Un enfant coûte cher, épanouissement de la femme (aka libérée de ses enfants) (bien sûr je n’adhère pas du tout à cette idée), grossière image de la poule pondeuse, égoïsme des parents car enfants privés de 100% de leur attention ou de 100% du budget attribué aux enfants, comme si partager était une punition … etc. Mais pour le moment je rentre dans la case (famille à un ou deux enfants), donc Alhamdulelah aucune réflexion.

  3. jihad · janvier 18

    Tres bel article merci !

  4. Vervaine · janvier 19

    Ah ça, le nombre d’enfants… c’est un sujet éternel. Et dont tout le monde aime se mêler, surtout quand on leur demande pas leur avis ! En couple et pas d’enfants : » mais vous attendez quoi? » Avec un enfant : « alors c’est pour quand le 2eme? Enfant unique c’est pas drôle ». Avec 2 enfants : alors c’est pour quand le 3 ème ? Ou alors « encore un enfant ? ». Et après, « ah mais vous vous arrêtez quand? ». Ca peut aussi être plus méchant avec « la pilule/l’IVG ça existe »… Bref, de toute façon, tout le monde a son opinion sur le nombre d’enfants idéal et on ne sait pas d’où ça sort. Dans ce cas, comme dans beaucoup d’autres au sujet des enfants, il vaut mieux faire la sourde oreille…
    Félicitations et poursuis ton beau chemin !

  5. Maman BCBG · janvier 19

    Je vins d’une fratrie de 5 enfants, et quand on en discute avec ma maman elle rigole souvent en disant « 5, on me dis que c’est nombreux, mais moi je ne trouve pas, vous êtes là, c’est tout! »…et je sais que mes parents auraient bien tentés un petit sixième, mais avec 5 césariennes, ce n’était pas très prudent. ^^
    Perso, avec deux enfants, je trouve cela déjà beaucoup, mais il sont encore petits, je suis jeune, la route est longue et on verra de quoi demain sera fait.

    L’amour ne se divise pas, il se multiplie! Comme la flamme d’une bougie qui peut engendrer d’autres flammes sans perdre elle même en chaleur ou en éclat 🙂

  6. dzmaman · janvier 19

    Salam salwa et mabrouk pour ton petit dernier. Moi aussi j’attend mon troisième pour ce juillet Inchallah et je crois pas que je vais m’arrêter là parce que mes enfants c’est mon bonheur dans ce monde.
    Ici en Algérie les mentalités changent et vont changer car avant les familles étaient nombreuses avec 7 jusqu’à 14 enfants mais de nos jours la plupart des jeunes couples souhaitent avoir deux enfants pas plus et 3 enfants c’est considéré comme une limite a ne pas dépassé. En tous moi ma philosophie de vie se résume à famille heureuse famille nombreuse. Le bonheur d’avoir des frères et des sœurs et pour mes enfants un tas d’oncles et de tantes des cousins et cousines. C’est ça le bonheur une belle et grande famille.

    • enajmah · janvier 19

      Mashallah 🙂 j’ai la même conception du bonheur (du moment que mon corps et mon énergie suivent lol). Bien sûr, nous sommes toutes différentes et ce qui peut aller à une famille n’ira pas à une autre (encore une fois, question de santé, de ressource d’énergie, de moral, etc.). Mais in’sha’Allah mon rêve est celui d’avoir une famille nombreuse.

  7. Salwa · janvier 26

    OOOOH Félicitation Dz ❤ ❤

  8. emilieoumkalthoum · février 14

    Assalam aleykom

    Moi c’est en rendant visite à une soeur maman de 5 enfants que je me suis fait la réflexion : mais finalement 5 c’est pas tant que ça ! lol

    Pour ce qui est de l’argent, c’est ridicule : tu peux avoir les moyens au moment de faire ton bébé et brusquement te retrouver au chômage, ou l’inverse être chômage et trouver un super taf au bout du 6e enfant.
    Alhamdolillah en tant que musulmanes on sait que c’est Dieu qui donne et que chaque enfant naît avec sa subsistance déjà écrite, alors on se prend pas la tête ^^
    Et puis perso, la plupart de mes camarades de classe partaient en vacances l’été ET l’hiver, avaient des fringues de marque, les derniers trucs à la mode… mais ils étaient élevés par la nourrice. Moi je suis heureuse de ne pas avoir eu tout ça mais d’avoir eu ma maman à mes côtés. C’est un autre débat mais ça rejoint le fait que l’argent n’achète pas tout quand même et il faut se recentrer sur l’essentiel…

Laissez votre trace...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s